NOUVELLES
18/02/2013 02:21 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

Les chiites du Pakistan dénoncent le terrorisme qui vise leur communauté

QUETTA, Pakistan - Au moins 15 000 chiites ont manifesté lundi dans le sud-ouest de Pakistan, au deuxième jour d'un mouvement de protestation pour dénoncer l'attentat de samedi à Quetta, qui a fait 89 morts.

Les proches des victimes refusent d'enterrer leurs morts tant que l'armée ne prendra pas des mesures contre les extrémistes qui ciblent leur communauté.

Depuis quelques années, des groupes sunnites radicaux multiplient les attaques contre les chiites du Pakistan, qu'ils ne considèrent pas comme de vrais musulmans.

Plusieurs de ces attaques se sont produites dans la province de Baloutchistan, dans le sud-ouest du pays, qui compte la plus grande concentration de chiites du Pakistan. Plusieurs de ces chiites sont des Hazaras, un groupe ethnique venu de l'Afghanistan il y a plus d'un siècle.

L'attentat à la bombe de samedi, qui s'est produit dans un marché de Quetta, la capitale de la province, était la deuxième attaque de grande ampleur à viser la communauté chiite en un peu plus d'un mois. En janvier, une double attentat dans une salle de billard avait fait 86 morts.

Le bilan du plus récent attentat, causé par une bombe cachée dans un réservoir d'eau, est passé à 89 morts lundi, après le décès de huit blessés qui ont succombé à leurs blessures, a déclaré le responsable de la sécurité intérieure au Baloutchistan, Akbar Hussain Durrani.

Des manifestations pour dénoncer cette attaque ont eu lieu lundi dans plusieurs villes du pays, notamment à Quetta.

Les chiites de Quetta considèrent l'armée comme leur seul sauveur potentiel et demandent que les généraux prennent le contrôle de la ville. Ils accusent le gouvernement provincial et la police de ne pas les protéger et veulent que l'armée lance des actions ciblées contre les groupes extrémistes comme Lashkar-e-Jhangvi, qui a revendiqué la responsabilité des deux derniers attentats dans la ville.

«Nous n'enterrerons pas nos martyrs tant que nos demandes n'auront pas été satisfaites», a déclaré un haut responsable chiite pakistanais, Amin Shaheedi, devant les journalistes à Quetta.

Un policier prénommé Saumbal a estimé la foule à au moins 15 000 personnes. Des manifestants scandaient des slogans contre le terrorisme près du lieu de l'attentat, tandis que d'autres sont restés dans une mosquée pour veiller sur les corps de leurs proches décédés. Une petite fille avait inscrit sur son visage: «Ne me tuez pas, je suis chiite».

Une importante manifestation a également eu lieu à Karachi, sur la côte sud du pays. Des centaines de manifestants chiites ont paralysé des secteurs stratégiques de la ville en bloquant des routes, dont celle qui mène à l'aéroport.