NOUVELLES
18/02/2013 10:00 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

Expropriation de la CSQ dans St-Roch : des citoyens déplorent l'attitude de la Ville

Le Comité citoyen de Saint-Roch demande à la Ville de revoir son approche quant au développement de la Place Jacques-Cartier. En menaçant jeudi dernier d'exproprier la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui est copropriétaire de l'édifice avec la Ville, l'administration Labeaume a adopté une attitude de fermeture, dénonce le comité.

Selon des citoyens du quartier Saint-Roch, l'expropriation ne semble pas une avenue, surtout si une fois que ce pas est franchi, la Ville décide de céder l'espace public à un promoteur privé.

« On se questionne sur les motivations de la Ville de Québec dans ce dossier-là d'aller à l'encontre des recommandations des citoyens », déplore Martin April, porte-parole du Comité citoyen de Saint-Roch.

Le regroupement rappelle qu'une expropriation coûtera cher aux contribuables. Devant cette situation, il demande à la Ville de Québec de reprendre les discussions avec la CSQ afin de trouver une solution convenable pour que la Place Jacques-Cartier devienne un pôle culturel à dimension humaine.

Le Comité de citoyens de Saint-Roch affirme que le débat public sur l'aménagement de la Place Jacques-Cartier n'a jamais eu lieu.

Rappelons que lors des consultations publiques en novembre sur le développement du quartier, plusieurs citoyens proposaient des constructions qui ne devaient pas dépasser huit étages.