NOUVELLES
18/02/2013 01:03 EST | Actualisé 19/04/2013 05:12 EDT

Carnaval : organisateurs satisfaits, commerçants critiques

Les organisateurs du Carnaval de Québec ont dévoilé lundi un premier bilan de la 59e édition de la fête d'hiver qui a pris fin dimanche. Si les organisateurs parlent de succès, les commerçants ont quelques réserves.

Le président du Carnaval, Alain Winter, a souligné lundi matin la qualité des activités durant les 17 jours du Carnaval d'hiver. Les nouvelles activités comme l'événement urbain Lumocité, notamment, ont attiré de nombreux visiteurs. La traditionnelle course en canot et le volet de nuit sur les plaines d'Abraham ont aussi répondu aux attentes des organisateurs.

Malgré un premier week-end très froid, la population de Québec et les touristes étaient au rendez-vous, souligne Alain Winter. « C'est sûr que pour la première fin de semaine, on a senti une baisse de fréquentation, par contre, dès le 2e et 3e week-end jusqu'à la fin, la foule était très, très bien sentie sur les sites », mentionne M. Winter.

L'achalandage aux deux défilés était sensiblement le même que l'an dernier, soutient M. Winter. Le Carnaval évalue la foule à 70 000 personnes pour le défilé de la Basse-Ville et 80 000 pour celui de la Haute-Ville.

Malgré le succès noté par les organisateurs, le Carnaval a essuyé beaucoup de critiques cette année en raison de l'augmentation du coût de l'effigie et du regroupement des activités principalement sur les plaines d'Abraham où a été déplacé le palais de Bonhomme.

Les gens d'affaires déplorent particulièrement la concentration des activités sur les Plaines. Plusieurs, dont Jame Monti, propriétaire du resto-bar Le Savini, soulignent le manque d'ambiance dans les rues dans les secteurs habituellement achalandés de la Grande Allée et du Vieux-Québec.  « Depuis que tout se passe sur les Plaines, c'est sûr qu'on sent vraiment une baisse d'intérêt peut-être aussi et les gens qui viennent de l'extérieur, je pense qu'ils ont peut-être le goût de voir davantage un peu plus d'activités qui se déroulent dans les rues », dit-il.

De son côté, le Carnaval se dit prêt à s'asseoir avec les gens d'affaires pour trouver des idées de partenariat. Alain Winter voit les critiques des commerçants comme des commentaires constructifs. « Ce qu'ils nous disent, c'est : "on veut travailler avec vous au Carnaval" et nous voulons de notre côté travailler avec eux pour s'assurer qu'on puisse peut-être en faire plus, mais ça doit passer par un partenariat avec toutes les associations de marchands », dit M. Winter.

En ce qui concerne le prix de l'effigie, l'organisation souligne qu'il permet de réaliser les activités qui font le succès du Carnaval. « L'effigie en vente à 15 $ permet de réaliser ce qui est toujours encore aujourd'hui le plus grand Carnaval d'hiver au monde. Elle permet l'accès à une portion de ses activités sur le site, mais permet aussi de financer deux défilés grandioses et d'opérer une course en canot spectaculaire de calibre international, de présenter un événement grand calibre qui deviendra une compétition internationale Lumocité », fait valoir M. Winter.

Le Carnaval d'hiver, qui présentera l'an prochain sa 60e édition, n'a pas l'intention de modifier le prix de l'effigie.