NOUVELLES
18/02/2013 01:15 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

Accident d'Helios: abandon des charges à Nicosie contre quatre dirigeants

La justice chypriote a abandonné lundi les poursuites pour homicide involontaire envers la compagnie aérienne à bas prix Helios et quatre de ses dirigeants, jugés après un accident qui avait fait 121 morts près d'Athènes en 2005, a rapporté la presse.

Le tribunal pénal chypriote a suivi les réquisitions du parquet et classé l'affaire au motif que trois des accusés, déjà été condamnés en Grèce pour ces faits, ne pouvaient être jugés de nouveau.

La compagnie chypriote Helios et ses quatre responsables étaient jugés pour homicide involontaire et mise en danger de la vie d'autrui, lors d'un procès qui fut l'un des plus complexes et médiatisés de l'histoire de la justice chypriote.

En 2012, la Cour suprême de Chypre avait ordonné en appel un nouveau procès pour les responsables, après leur aquittement par un tribunal pénal de l'île.

Entretemps, une Cour d'appel d'Athènes a confirmé au début du mois la condamnation du directeur général d'Helios, Demetris Pantazis, de son directeur des opérations George Kikides et de son chef des pilotes, Ianko Stoimenov, poursuivis pour homicide par imprudence.

A Nicosie, toutes les charges pesant sur le transporteur aérien, ainsi que sur son directeur exécutif, Andreas Dakos, et sur MM. Pantazis, Kikides et Stoimenov ont été abandonnées.

Tous les passagers et membres d'équipage du Boeing 737-300 d'Helios avaient trouvé la mort lorsque l'avion, qui effectuait une liaison entre Chypre et Prague via Athènes, s'était écrasé sur une colline à proximité de la capitale grecque en raison d'une panne sèche alors qu'il était en pilotage automatique.

Les 121 personnes à bord, pour la plupart des Chypriotes se rendant en vacances, étaient auparavant morts asphyxiés après une panne d'oxygène.

L'accident est considéré comme la catastrophe aérienne la plus meurtrière pour Chypre et la Grèce.

str/srm/tg/hj/cnp