NOUVELLES
17/02/2013 04:20 EST | Actualisé 18/04/2013 05:12 EDT

Un mort dans l'explosion d'une bombe dans le nord-est du Kenya (police)

Une personne a été tuée dans l'explosion d'une bombe dans la ville de Garissa, dans le nord-est du Kenya, ont indiqué dimanche des responsables, ajoutant que le mort pouvait être le poseur de bombe.

"Des restes éparpillés du corps d'un homme ont été retrouvés dans l'école primaire de Garissa après une forte explosion" qui s'est produite samedi soir, a indiqué un officier de police, sous couvert d'anonymat, dans cette région instable près de la frontière somalienne.

"Nous tenons pour presque certain que ce corps est celui du poseur de bombe et qu'il était en train de l'assembler lorsqu'elle a explosé", a-t-il expliqué, ajoutant que les recherches se poursuivaient.

Deux pistolets ont également été trouvés sur les lieux de l'explosion, a-t-il encore indiqué.

Cette explosion arrive à la suite d'une série d'attaques à Garissa, située à environ 120 km de la frontière avec la Somalie où les troupes kényanes combattent contre les insurgés islamistes, comme elles le font également au Kenya.

Le préfet du département de Garissa Maalim Mohammed a confirmé qu'il y avait eu "un incident au cours duquel une personne a été tuée", ajoutant que des enquêtes étaient en cours.

Les attentats se multiplient au Kenya depuis l'envoi de troupes kényanes en Somalie en octobre 2011 pour en déloger les insurgés islamistes shebab.

Ces violences ont été attribuées aux insurgés ou à leurs soutiens kényans, bien qu'aucune d'entre elles n'ait été revendiquée par les shebab.

Les shebab ont été repoussés dans le sud de la Somalie après avoir perdu plusieurs de leurs bastions, face aux offensives conjuguées de l'Amisom et d'un contingent éthiopien.

Ils contrôlent encore néanmoins de vastes zones rurales et privilégient les actions de guerilla et les attentats, notamment au Kenya avant les élections prévues le 4 mars.

Les armes sont couramment utilsées dans cette région défavorisée du nord-est du Kenya qui abrite environ 500.000 réfugiés somaliens.

mom-pjm/aub/jlb