NOUVELLES
17/02/2013 04:46 EST | Actualisé 18/04/2013 05:12 EDT

Tunisie: la presse souligne le climat d'incertitude politique

La presse tunisienne soulignait dimanche le climat d'incertitude à la veille de la reprise des discussions politiques sur un gouvernement de technocrates proposé par le Premier ministre islamiste Hamadi Jebali et rejeté par son parti, Ennahda.

"Il y a fort à craindre que cette initiative, appuyée par une large partie de l'opposition et de l'opinion publique, soit enterrée demain (lundi), marquant l'entrée du pays dans un nouveau cycle de tiraillements, de tractations et de calculs partisans", écrit le quotidien Le Temps.

"On ne voit comment (le Premier ministre) pourrait renverser la vapeur et infléchir la position de son parti et de ses alliés", ajoute le journal après le rejet, réaffirmé samedi, de la proposition de cabinet apolitique par le chef d'Ennahda Rached Ghannouchi.

Revenant sur l'optimisme mesuré affiché par M. Jebali à l'annonce vendredi de la prolongation des discussions, La Presse souligne que "les bonnes intentions (des partis politiques) doivent être suivies d'actions concrètes et d'une volonté partagée de consentir à des concessions de la part des uns et des autres".

Une conviction défendue par Essabah, quotidien de langue arabe, qui y voit "une nécessité nationale", au moment où le pays traverse sa plus grave crise politique depuis la révolution, une crise aggravée par l'assassinat le 6 février de l'opposant Chokri Belaïd.

"La nature de la crise actuelle et ses retombées possibles nécessitent de rompre avec les calculs partisans et de rechercher le consensus national", souligne le quotidien.

mh/tg/hj