NOUVELLES
17/02/2013 09:42 EST | Actualisé 19/04/2013 05:12 EDT

Trois navires chinois dans les eaux territoriales d'îles disputées au Japon

Trois navires gouvernementaux chinois sont entrés lundi dans les eaux territoriales d'îles contestées au Japon, ont annoncé les garde-côtes nippons.

Ces bateaux de la surveillance maritime chinoise se sont approchés vers 09H00 locale (00H00 GMT) des îles Senkaku en mer de Chine orientale, administrées par Tokyo mais revendiquées avec force par Pékin sous le nom de Diaoyu.

Les garde-côtes ont précisé plus tard que ces navires avaient quitté vers 14H00 locale (05H00 GMT) la zone que le Japon considère comme ses eaux territoriales.

Pékin envoie régulièrement des navires, mais aussi ponctuellement des avions, autour de cet archipel inhabité depuis que l'Etat nippon a nationalisé en septembre trois de ces cinq îles en les achetant à leur propriétaire privé nippon.

Le différend territorial s'était alors brusquement aggravé, avec notamment une semaine de manifestations antijaponaises, parfois violentes, à travers la Chine.

Face à ce regain de tensions, Tokyo a annoncé récemment la constitution d'une force spéciale de 600 hommes et 12 navires pour surveiller et protéger l'archipel des Senkaku.

Les relations se sont encore tendues début février lorsque Tokyo a affirmé qu'une frégate chinoise avait visé le 30 janvier un bateau militaire japonais avec un radar qui sert à "verrouiller" une cible à atteindre.

Le Japon a demandé des excuses pour cet incident que Pékin a démenti, y voyant une tentative de Tokyo de "salir" la Chine.

La presse nippone a affirmé lundi qu'un haut diplomate japonais devait se rendre mardi à Pékin pour évoquer l'affaire du radar.

Shinsuke Sugiyama, responsable des affaires asiatiques et océaniennes au ministère des Affaires étrangères, devrait y rencontrer des homologues chinois, a expliqué l'agence de presse Kyodo.

Le ministère a confirmé le voyage de M. Sugiyama mais pas le menu de ses entretiens.

L'archipel inhabité des Senkaku/Diaoyu est situé à 200 km au nord-est des côtes de Taïwan et 400 km à l'ouest de l'île d'Okinawa (sud du Japon). Outre sa position stratégique, l'archipel recèlerait des hydrocarbures dans ses fonds marins.

hih-sps-pn/fw