NOUVELLES
17/02/2013 09:07 EST | Actualisé 19/04/2013 05:12 EDT

«Prisonnier X»: Nétanyahou défend les actions d'Israël

JÉRUSALEM - Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a défendu dimanche les actions des forces de sécurité israéliennes après l'éclatement d'une controverse entourant la mort nébuleuse d'un prisonnier d'origine australienne qui se serait enlevé la vie dans une prison à sécurité maximale.

Israël a peu commenté l'affaire. Mais selon les médias australiens, l'homme identifié comme étant Ben Zygier, un Australien qui a émigré en Israël, travaillait pour les services secrets israéliens — le Mossad — au moment de son décès, qui remonte à décembre 2010. Il aurait été emprisonné pour des infractions en matière de sécurité non précisées. Ses gardiens le surnommaient «Prisonnier X».

Dans ses premiers commentaires entourant ce dossier, Benyamin Nétanyahou a soutenu qu'il faisait «totalement confiance» aux services de sécurité et au système judiciaire israéliens. Il a précisé que la liberté d'expression était importante, mais que l'État hébreu faisait face à d'importantes menaces et qu'il devait donc taire certaines informations pouvant mettre en péril la sécurité nationale.

«Nous ne sommes pas comme les autres pays», a lancé le premier ministre aux membres de son cabinet. «Nous sommes plus menacés (...) et par conséquent, nous devons nous assurer du bon fonctionnement de nos forces de sécurité.»

«Permettez aux forces de sécurité de travailler paisiblement afin de nous puissions continuer à vivre dans la sécurité», a-t-il plaidé.

L'affaire avait été tue par les autorités israéliennes. Elle a été rendue publique par le diffuseur national de l'Australie la semaine dernière.

Les critiques ont accusé le gouvernement israélien de tenter d'étouffer l'affaire et ont demandé la tenue d'une enquête exhaustive, ce qui alimente le débat entre l'importance de protéger la sécurité nationale et la question de la liberté dans un pays qui se targue d'être une vibrante démocratie.

L'épineux dossier a porté un dur coup aux relations entre l'Australie et Israël, deux alliés.

Le ministère des Affaires étrangères de l'Australie, Bob Carr, a demandé dimanche à l'État hébreu de fournir des renseignements aux enquêteurs australiens.

«Nous voulons leur offrir une opportunité de nous soumettre une explication sur les circonstances entourant cette mort tragique», a-t-il déclaré.

La semaine dernière, le ministre Carr avait affirmé que l'Australie ignorait que le prisonnier, qui se faisait aussi appeler Ben Allen et Ben Alon, était en détention en Israël jusqu'à ce que sa famille demande le rapatriement de sa dépouille.

Il a cependant dû revenir sur ses propos et a ordonné mercredi la tenue d'une enquête, après avoir découvert que les officiers du renseignement australiens avaient été alertés 10 mois auparavant qu'un résident d'Israël d'origine australienne avait été arrêté et accusé de sérieuses infractions en matière de sécurité nationale.