NOUVELLES
17/02/2013 06:05 EST | Actualisé 19/04/2013 05:12 EDT

"Prisonnier X": Netanyahu contre trop de révélations sur les Renseignements

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a affirmé dimanche qu'une "surexposition" médiatique des services de renseignements peut "porter gravement atteinte" à la sécurité de l'Etat, dans son premier commentaire sur la mort d'un Israélo-Australien détenu en Israël.

"Une surexposition des activités de sécurité et de l'activité des services de renseignements peut porter atteinte parfois gravement à la sécurité de l'Etat, c'est pourquoi dans toute discussion il ne faut pas mépriser nos intérêts de sécurité", a affirmé M. Netanyahu lors du conseil des ministres hebdomadaire.

"Dans la situation où vit l'Etat d'Israël, la sécurité doit constituer l'intérêt central", a ajouté M. Netanyahu. "Nous sommes plus menacés et soumis à davantage de défis que d'autres (pays), c'est pourquoi nous devons faire en sorte que les services de sécurité puissent agir comme il le faut".

"Je demande à tout le monde de laisser les forces de sécurité travailler tranquillement afin que nous puissions continuer à vivre dans le paix et le calme dans l'Etat d'Israël", a poursuivi le Premier ministre.

Mercredi, Israël a confirmé avoir détenu un Australien sous une fausse identité, après des informations parues dans la presse australienne sur la mort en décembre 2010 du "Prisonnier X", présenté comme Ben Zygier, un juif australien de 34 ans recruté par le Mossad (renseignement extérieur israélien). Samedi, le vice-Premier ministre israélien Moshé Yaalon avait assuré que l'Etat hébreu n'emprisonnait pas des suspects dans le secret.

"Nous ne sommes pas un pays qui agit dans la pénombre (...) Quand dans une extrême mesure nous devons isoler un prisonnier ou même l'incarcérer sous une fausse identité, cela se fait sous supervision légale, en informant les autorités, sous la supervision des parlementaires et en informant sa famille", avait-il assuré.

M. Yaalon n'a pas confirmé l'identité du détenu ni fourni d'indication sur ce qui lui avait été reproché.

Le ministère de la Justice a assuré que le détenu avait eu droit à un avocat et que sa famille avait été informée de son arrestation. L'enquête sur son décès dans une prison secrète près de Tel-Aviv a conclu à un suicide.

Le ministre australien des Affaires étrangères, Bob Carr, a pour sa part affirmé samedi que son ministère cherchait à obtenir des réponses sur les circonstances de la mort de Ben Zygier dans le cadre de sa propre enquête dans cette affaire.

"Nous avons demandé au gouvernement israélien d'apporter sa contribution à ce rapport. Nous voulons leur donner l'occasion de nous soumettre une explication concernant la manière dont ce tragique décès s'est produit", a affirmé Bob Carr aux journalistes.

Selon un haut responsable israélien cité par des médias australiens, les services de renseignements australiens sont "profondément impliqués" dans l'affaire et auraient interrogé Ben Zygier qu'ils soupçonnaient de se livrer à de l'espionnage pour le compte d'Israël.

Dans un premier temps, les autorités australiennes ont affirmé ne pas être au courant de l'affaire Zygier, mais par la suite Bob Carr a admis que les services de renseignements australiens avaient été informés par Israël de l'arrestation de Ben Zygier pour des "raisons de sécurité" en février 2010.

Selon la radio publique israélienne, le ministère israélien de la Justice envisage de rendre public les résultats de l'enquête menée par un tribunal sur la mort de Ben Zygier, qui a conclu à un décès à la suite d'un suicide par pendaison.

jlr/feb