NOUVELLES
17/02/2013 02:34 EST | Actualisé 19/04/2013 05:12 EDT

Finalement, Kerry et Lavrov se parlent et évoquent Syrie et Corée du Nord

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a finalement pu parler dimanche avec son homologue russe Sergueï Lavrov, qu'il n'avait pas réussi à joindre dans la foulée du récent essai nucléaire nord-coréen, a annoncé le département d'Etat.

Les deux hommes, qui ont parlé au téléphone pendant une demi-heure, ont évoqué la situation en Syrie et la réponse à apporter à l'essai nucléaire mené par Pyongyang, a précisé dans un communiqué la porte-parole de la diplomatie américaine Victoria Nuland.

"Ils ont également convenu de comparer leurs agendas pour fixer une première rencontre bilatérale au cours des prochaines semaines", a-t-elle ajouté.

"Sur la Syrie, ils ont évoqué la nécessité que les Etats-Unis et la Russie usent de leur influence respective sur les parties pour promouvoir un processus de transition politique viable", a souligné Mme Nuland. Les deux pays se sont opposés sur la question du conflit syrien, la Russie usant de son influence pour défendre son allié Bachar al-Assad, dont Washington réclame le départ.

Evoquant la question du récent essai nucléaire mené par la Corée du Nord, les deux hommes "se sont accordés sur la nécessité d'une collaboration étroite à New York (aux Nations unies) pour apporter une réponse rapide à la dernière provocation nord-coréenne", a ajouté Mme Nuland.

Jeudi, cette dernière avait reconnu que John Kerry n'avait pas réussi à joindre son homologue russe malgré plusieurs tentatives réalisées après l'essai nucléaire nord-coréen 48 heures plus tôt.

La porte-parole avait expliqué que M. Lavrov était alors en tournée en Afrique et qu'il n'était "pas inhabituel que M. Lavrov ne prenne pas d'appels internationaux sur d'autres sujets lorsqu'il voyage", en se référant à une expérience identique subie l'an passé par l'ancienne secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

jm-mdm/chv