NOUVELLES
16/02/2013 12:57 EST | Actualisé 18/04/2013 05:12 EDT

Téhéran ne cherche pas à mettre au point l'arme nucléaire, dit Khamenei

TÉHÉRAN, Iran - Le leader suprême de l'Iran a affirmé samedi que son pays ne cherchait pas à mettre au point des armes nucléaires, mais que si Téhéran souhaitait en construire, les États-Unis ne parviendrait pas à l'en empêcher.

L'ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot sur les affaires d'État en Iran, a également rejeté l'idée de prendre part à des pourparlers direct avec Washington pour discuter de son programme nucléaire, et ce, malgré les sanctions imposées à son régime.

Dans un message publié sur son site Internet, le leader religieux a soutenu que les armes nucléaires devraient être abolies et que Téhéran n'avait aucune intention d'en fabriquer.

Il a ajouté que Téhéran serait prête à participer à des négociations avec les États-Unis, mais seulement si Washington respectait les droits du régime iranien au lieu de verser dans l'intimidation.

Selon l'ayatollah Khamenei, les États-Unis tentent de priver l'Iran de «ses droits inaliénables à l'enrichissement d'uranium» et au recours à l'énergie nucléaire à des fins «pacifiques». Mais bien évidemment, a-t-il spécifié, Washington n'y parviendra pas.

Devant un groupe de citoyens qui s'étaient massés devant sa résidence de la capitale iranienne, l'ayatollah a également servi un camouflet au président Mahmoud Ahmadinejad et à ses rivaux conservateurs, plaidant que ceux-ci devraient s'unir plutôt que de se quereller à un moment où l'Occident fait monter la pression sur Téhéran.

L'Iran a récemment rappelé qu'un décret religieux bannissant les armes nucléaires avait été pris par l'ayatollah Ali Khamenei il y a sept ans. Le régime met de l'avant cet acte réglementaire afin de soutenir ses allégations à l'effet que son programme nucléaire est pacifique et qu'il profite à la recherche médicale.

La fatwa de 2005 est considérée comme contraignante par Téhéran, mais l'Occident et ses alliés estiment qu'il s'agit d'une façon, pour le régime iranien, de gagner du temps.