NOUVELLES
16/02/2013 07:00 EST | Actualisé 18/04/2013 05:12 EDT

Hockey féminin: une Albertaine dans le personnel d'entraîneurs du Japon à Sotchi

CALGARY - L'Albertaine Carla MacLeod fera partie du personnel d'entraîneurs du club japonais en hockey féminin aux Jeux olympiques de Sotchi, en 2014.

MacLeod a remporté l'or en 2006 et 2010, avant de se retirer de l'équipe canadienne.

Sa carrière internationale s'est poursuivie comme adjointe au Japon, et la formation s'est qualifiée pour les Jeux en remportant un tournoi de qualification en Slovaquie, la semaine dernière.

«Nous en sommes à regarder les détails mais oui, je vais être avec eux à Sotchi, a dit MacLeod, qui est originaire de Calgary. Je n'avais jamais pensé aller là-bas avant de commencer à travailler au Japon et de me dire, 'peut-être que c'est possible'. Je pense qu'à chaque fois que vous devenez entraîneure, vous devenez tellement attachée à l'équipe. Je veux juste essayer de les aider à réaliser un peu leurs rêves.»

Le Japon alignera un club en hockey féminin aux Olympiques pour la première fois depuis que le pays a accueilli les Jeux de 1998, à Nagano.

Les Canadiennes seront les championnes en titre à Sotchi. En plus du Japon, le tournoi olympique regroupera les États-Unis, la Finlande, la Suède, la Russie, l'Allemagne et la Suisse.

MacLeod aura toutefois peu de chances d'affronter sa patrie, car le Japon et le Canada ne seront pas dans le même groupe.

MacLeod a amassé 12 buts et 39 points en 79 matches avec le Canada, remportant aussi un championnat mondial, en 2007.

La jeune femme de 30 ans s'est rendue au Japon 10 fois depuis son embauche par la fédération du hockey de ce pays, il y a un an. L'entente prévoyait que si le Japon se qualifiait pour Sotchi, MacLeod pourrait poursuivre son aventure nippone.

«La Fédération japonaise de hockey sur glace a évalué les choses très clairement, dit-elle. Leur équipe masculine était 22e au monde, et leur équipe féminine, 11e. S'ils voulaient participer aux Jeux de Sotchi, ils savaient que leurs meilleures chances étaient du côté des filles. C'est là-dedans qu'ils ont investi, dont l'embauche d'une entraîneure qui pourrait les aider. Leurs joueuses et plusieurs des entraîneurs sont très réceptifs. Ils veulent s'améliorer.»

MacLeod est aussi une adjointe avec l'équipe de hockey féminin à l'Université Mount Royal, à Calgary, en plus d'être ambassadrice olympique pour la Banque Royale.

On se doute bien qu'il est très exigeant de balancer tous ces emplois et de nombreux séjours dans un pays où le décalage horaire est de 16 heures.

«C'est un peu étourdissant, mais ça en vaut tellement la peine, a dit MacLeod. C'est tout un défi, c'est certain.»