NOUVELLES
16/02/2013 05:14 EST | Actualisé 18/04/2013 05:12 EDT

Face au "Vatileaks", Benoît XVI voulait préserver l'indépendance du Vatican

Le pape Benoît XVI voulait "que l'indépendance de la justice soit préservée au Vatican" dans le scandale de fuites de documents confidentiels, qui avait conduit à la condamnation du majordome Paolo Gabriele, rapporte le magazine Focus à paraître lundi.

Selon l'hebdomadaire allemand qui cite des extraits d'un entretien en août de Benoît XVI au journaliste et biographe du pape Peter Seewald, le pape estimait important "qu'au Vatican, l'indépendance de la justice soit préservée, que le monarque ne dise pas, +maintenant je prends les choses en main+".

Selon Focus, Benoît XVI avait également confié à l'auteur du livre entretien "Lumières du monde", publié en 2010, son sentiment d'"incompréhension" dans le scandale qui avait beaucoup affecté Joseph Ratzinger.

"Ce n'est pas comme si je plongeais dans une sorte de désarroi ou de douleur du monde. C'est simplement incompréhensible pour moi", avait expliqué le pape durant l'entretien.

Benoît XVI avait également indiqué ne pas comprendre non plus son majordome. "Même si je regarde la personne, je ne peux pas comprendre ce qu'on peut en attendre. Je n'arrive pas à entrer dans sa psychologie", avait alors déclaré Benoît XVI à propos de Gabriele.

En décembre, le pape avait gracé son majordome, condamné en octobre à 18 mois de prison pour avoir subtilisé des documents secrets du Vatican, et qui avait passé un total de 117 jours en détention au Vatican.

Six mois avant sa démission, à la question de Peter Seewald sur ce qu'il y avait encore à attendre de son pontificat, Benoît XVI avait alors aussi répondu: "De moi ? Plus grand chose. Je suis quand même un vieil homme, la force s'épuise. Je crois aussi que ce que j'ai fait suffit."

Après la renonciation de Benoît XVI le 28 février à sa charge, les 117 cardinaux électeurs sont appelés à se réunir en conclave pour lui élire un successeur.

lg/ia