NOUVELLES
16/02/2013 05:50 EST | Actualisé 18/04/2013 05:12 EDT

Défenseurs recherchés

Quand Paul Holmgren a déposé une offre hostile de 14 ans à Shea Weber l'été dernier, le directeur général des Flyers de Philadelphie avait clairement identifié un problème à la position de défenseur.

Les Flyers (6-8-1) ressentent plus que jamais ce manque de profondeur à la ligne bleue et on pourrait en avoir un bel exemple samedi, à Montréal, lorsqu'ils affronteront le Canadien (8-4-1).

La présence du vétéran Kimmo Timonen est en effet incertaine pour la rencontre. Le Finlandais s'est blessé au bas du corps vendredi, dans une défaite de 5-3 face aux Devils du New Jersey. L'entraîneur-chef de l'équipe, Peter Laviolette, a refusé de confirmer s'il comptera sur son pilier, mais Timonen était bel et bien avec l'équipe au Centre Bell samedi après-midi.

Son absence représenterait la dernière tuile à s'abattre sur la défense des hommes en orange.

Andrej Meszaros (épaule) vient tout juste de recommencer à patiner, tandis que Marc-André Bourdon (commotion), qui avait rendu de fiers services aux Flyers la saison dernière, reste indisponible.

« Meszaros et Bourdon sont deux gros morceaux qui ne sont pas là, a avoué l'attaquant Daniel Brière. Pour relancer l'attaque, les deux sont très bons. Mais on ne peut pas seulement blâmer les défenseurs, personne ne joue à son meilleur présentement. »

Et cette équipe, doit-on le rappeler, n'a toujours pas comblé la perte de Matt Carle, joueur le plus utilisé l'an passé (23:01 par match), mais embauché par le Lightning comme joueur autonome. C'est sans oublier Chris Pronger, toujours membre de l'équipe, mais dont la carrière semble terminée.

Luke Schenn s'est certes ajouté au groupe d'arrières, mais il faut regarder ailleurs qu'en relance de l'attaque pour lui trouver des qualités. Il vient au 1er rang chez les défenseurs de la LNH pour les mises en échec avec 56.

« Luke a été très bon pour nous. Il frappe beaucoup, bloque des tirs et joue contre les meilleurs trios adverses. On l'a jumelé à Kimmo et ils font du très bon travail », a estimé Laviolette.

Sans tout ce beau monde vendredi, Braydon Coburn a joué près de 29 minutes, tandis que l'honnête Bruno Gervais a passé plus de 23 minutes sur la patinoire, son temps d'utilisation le plus élevé en deux ans.

Le défenseur Erik Gustafsson a été rappelé d'Adirondack pour la rencontre, en cas d'absence de Timonen.

Attaque stérile

Cette hécatombe à la ligne bleue s'est plutôt fait sentir dans les statistiques offensives des Flyers. Du 2e rang la saison dernière, l'attaque a chuté au 22e rang cette saison, avec 2,47 buts par match (3,17 la saison dernière).

On peut y voir la conséquence d'une carence en défenseurs offensifs, de même que le résultat d'un changement de philosophie de Laviolette. Les Flyers portent désormais une attention plus particulière au jeu défensif, une nécessité dans la Division atlantique.

« Notre division est très forte, avec les Penguins, les Devils et les Rangers, a rappelé Brière. Et on ne parle pas des Islanders, mais ils ont beaucoup de talent à l'avant. »

Claude Giroux fait les frais de cette nouvelle philosophie, et des changements qui ont touché les Flyers. Le Franco-Ontarien, habitué de produire un point par match ou plus depuis deux saisons, a été limité à 10 points en 15 matchs jusqu'ici.

Son entourage a aussi changé considérablement. Il faut en effet se rappeler qu'il jouait l'an passé avec Jaromir Jagr (parti à Dallas) et Scott Hartnell (blessé dès la première semaine d'activités).

Samedi, Giroux devrait former un trio avec Matt Read et Wayne Simmonds.