NOUVELLES
15/02/2013 10:20 EST | Actualisé 17/04/2013 05:12 EDT

R-U: le scandale de la viande chevaline ne cesse de prendre de l'ampleur

LONDRES - Le scandale de la viande chevaline ne cesse de prendre de l'ampleur au Royaume-Uni.

De la viande de cheval substituée à de la viande de boeuf a maintenant été retrouvée dans des plats servis à l'école, à l'hôpital et dans les restaurants du pays, ce qui signifie que la viande chevaline ne s'est pas retrouvée uniquement dans les aliments surgelés.

La plus importante entreprise hôtelière et de restauration du Royaume-Uni, Whitbread, a indiqué que de l'ADN de cheval a été retrouvé dans des lasagnes et des hamburgers offerts dans ses établissements. La compagnie s'est dite choquée et déçue par cette défaillance de sa chaîne d'approvisionnement.

De la viande chevaline a aussi été retrouvée dans des plats fournis à 47 écoles du nord de l'Angleterre et dans des mets servis par des hôpitaux en Irlande du Nord. Un responsable a indiqué que les repas des hôpitaux ont été retirés.

Plusieurs chaînes britanniques d'épiceries, dont Morrisons et Tesco, ont indiqué vendredi que leurs tests se sont jusqu'à présent révélés négatifs quant à la présence de viande chevaline.

Des représentants des pays membres de l'Union européenne ont convenu vendredi, à l'occasion d'une rencontre à Bruxelles, d'aller de l'avant avec des vérifications plus poussées. La viande chevaline sera aussi testée pour la présence d'un médicament vétérinaire dont l'utilisation est interdite chez les animaux destinés à la consommation humaine.

L'affaire a débuté le mois dernier quand des responsables irlandais ont retrouvé de l'ADN de cheval dans des hamburgers surgelés. Elle a maintenant des répercussions jusqu'en Norvège, où le plus important épicier du pays a confirmé vendredi que de la viande chevaline a été décelée dans des lasagnes surgelées.

Le ministre français de la Consommation, Benoît Hamon, a indiqué jeudi que les ventes frauduleuses de viande se sont apparemment étirées sur plusieurs mois, et qu'elles toucheraient maintenant 13 pays et 28 entreprises. Il a notamment pointé du doigt le grossiste français de viandes Spanghero, qui nie avoir quoi que ce soit à se reprocher.

M. Hamon affirme que Spanghero a vendu de la viande chevaline à une autre entreprise française, Comigel, en affirmant qu'il s'agissait de viande de boeuf.