NOUVELLES
15/02/2013 09:30 EST | Actualisé 17/04/2013 05:12 EDT

L'ex-policier Christopher Dorner s'est suicidé après que son refuge eut pris feu

L'ancien policier Christopher Dorner s'est suicidé après que la cabine dans laquelle il s'était barricadé eut pris feu à la suite d'un échange de tirs avec des officiers, ont révélé les autorités policières vendredi, tout en confirmant qu'il a passé la majeure partie de sa cavale dans un condominium situé non loin du centre de commandement mis sur pied pour le retrouver.

Selon les informations recueillies par les autorités policières, a indiqué le capitaine Kevin Lacy du bureau du shérif, Dorner est décédé d'une blessure auto-infligée. À l'origine, les autorités ignoraient si Dorner s'était suicidé, avait été atteint mortellement d'une balle tirée par un policier ou s'il avait péri dans les flammes qui ont détruit le chalet pendant la fusillade.

Les recherches pour retrouver Dorner avaient commencé la semaine dernière, après que les autorités eurent révélé que le suspect avait fait part de son intention, dans un manifeste publié sur Facebook, de « faire la guerre » à des agents du Service de police de Los Angeles (SPLA) et leurs familles, pour venger son congédiement.
En l'espace de quelques jours, il avait assassiné quatre personnes, dont deux policiers.

Il a tué la fille d'un ancien capitaine du SPLA et son fiancé le 3 février, et plus tard, un policier de Riverside qu'il avait piégé à un feu de circulation, avant de disparaître dans le Parc national de San Bernardino, près de Big Bear Lake où a été retrouvé son camion calciné la semaine dernière.

De là, il a échappé à une chasse à l'homme pendant plusieurs jours jusqu'à ce que Karen et Jim Reynolds, mardi, tombent face à face avec lui dans leur chalet, situé à moins de 100 mètres d'un centre de commande de la police.

Dorner, qui faisait alors l'objet de recherches en lien avec trois meurtres, a brandi un revolver et confronté l'homme et la femme, leur ordonnant de demeurer calmes, a relaté Jim Reynolds lors d'une conférence de presse.

Sa femme a crié et s'est mise à courir, mais Dorner l'a rattrapée, a aussi raconté Reynolds. L'homme et la femme ont été menés vers une chambre à coucher, où Dorner les a sommés de s'étendre sur un lit, puis sur le plancher. Dorner a attaché leurs bras et leurs jambes avec des liens en plastique, mis des serviettes autour de leurs bouches et couvert leurs têtes à l'aide de taies d'oreillers.

« J'ai vraiment cru que ce pouvait être la fin », a admis Karen Reynolds. Le couple croit que Dorner se trouvait dans le chalet depuis au moins le 8 février, soit le lendemain de la découverte du camion incendié, non loin de là. Dorner leur aurait dit qu'il avait épié le couple de l'intérieur du chalet, pendant que l'homme et la femme travaillaient à l'extérieur. Karen et Jim Reynolds, dont la résidence principale est située tout près de leur chalet, n'y sont entrés que mardi.

« Il nous a dit que nous étions de bons travaillants », a confié Karen Reynolds. Après que Dorner eut quitté les lieux dans sa Nissan Rogue de couleur mauve, Karen Reynolds est parvenue à composer le 9-1-1 à partir d'un téléphone cellulaire se trouvant sur la table à café.


Associated Press