NOUVELLES
15/02/2013 05:03 EST | Actualisé 17/04/2013 05:12 EDT

Le TSX recule avec le cours de l'or, à la veille de la rencontre du G20

TORONTO - La Bourse de Toronto a terminé la séance de vendredi en baisse, les investisseurs espérant que la rencontre prévue ce week-end entre les ministres des Finances du G20 s'attaquerait à la question d'une éventuelle «guerre des devises», qui occasionne une certaine incertitude sur les marchés.

L'indice composé S&P/TSX a reculé de 35,16 points pour clôturer à 12 686,63 points, coulé par les importants reculs de certains titres aurifères, tandis que la Bourse de croissance a glissé de 10,91 points à 1185,65 points.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,49 cent US à 99,39 cents US, après que Statistique Canada eut indiqué que les ventes des fabricants avaient reculé de 3,1 pour cent en décembre, leur plus important déclin depuis mai 2009. Les économistes s'attendaient plutôt à une diminution de 0,8 pour cent.

Les marchés new-yorkais ont mis fin à la séance bien en deçà des avancées qu'ils affichaient plus tôt dans la journée, après que Bloomberg News eut publié des extraits d'un courriel interne selon lequel les ventes de Wal-Mart pour le mois de février seraient un «désastre total». Le détaillant doit dévoiler ses résultats trimestriels la semaine prochaine.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a gagné 8,37 points à 13 981,76 points, tandis que l'indice composé du Nasdaq a cédé 6,63 points à 3192,03 points et que l'indice élargi S&P 500 a échappé 1,59 point à 1519,79 points.

Les marchés américains ont aussi été influencés par l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan, lequel s'est établi à 76,3 points, soit au-dessus de la lecture de 75 points qui était attendue.

La rencontre du G20 survient alors que plusieurs s'inquiètent d'une «guerre des devises» dans laquelle certains pays tenteraient de faire en sorte que leur devise soit dépréciée pour gagner un avantage commercial concurrentiel.

Des observateurs accusent le Japon de tenter de réduire la valeur de son yen pour relancer son économie. Le yen a reculé à un creux de 21 mois par rapport au dollar américain cette semaine, et près de son plus faible niveau en trois ans par rapport à l'euro.

Avec une devise moins forte, les exportations d'un pays deviennent moins dispendieuses, et donc plus attrayantes, pour les autres pays.

Sur l'ensemble de la semaine, l'indice de référence du TSX a reculé de 0,89 pour cent, essentiellement en raison des résultats décevants dévoilés par des sociétés du secteur des ressources naturelles. Le Dow Jones est resté stable cette semaine.

Le secteur aurifère du parquet torontois a affiché vendredi la baisse la plus prononcée, soit environ trois pour cent. Le cours du lingot d'or a perdu 26 $ US à 1609,50 $ US l'once à la Bourse des matières premières de New York. L'action d'Iamgold (TSX:IMG) a effacé 36 cents à 7,96 $, tandis que celle de Goldcorp (TSX:G) a cédé 68 cents à 33,99 $.

Le secteur des métaux de base a glissé de 1,29 pour cent, même si le cours du cuivre est resté inchangé à 3,73 $ US la livre à New York. Le titre de Teck Resources (TSX:TCK.B) a rendu 91 cents à 33,29 $.

Le cours du pétrole brut a reculé de 1,45 $ US à 95,86 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York. À Toronto, l'action de Suncor Énergie (TSX:SU) a perdu 44 cents à 31,75 $.

Les titres du secteur des technologies ont aussi été faibles; celui de BlackBerry (TSX:BB) a notamment abandonné 82 cents, ou 5,5 pour cent, à 14,23 $.

Le secteur des télécommunications a connu une bonne journée, stimulé, entre autres, par les meilleurs résultats que prévu dévoilés par Rogers Communications (TSX:RCI.B). Son action a gagné 1,85 $, soit 4,1 pour cent, à 47,32 $.