NOUVELLES
15/02/2013 04:49 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Le Squat Basse-Ville fermera ses portes lundi

Les membres du conseil d'administration (CA) du Squat Basse-Ville ont pris la décision vendredi soir de fermer temporairement le refuge pour jeunes fugueurs. À moins d'un revirement, l'organisme fermera donc ses portes lundi.

Les membres du CA de l'organisme ont justifié leur décision par l'absence de financement récurrent pour absorber le déficit du Squat Basse-Ville.

Rappelons que l'Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale refuse toujours de fournir un financement récurrent de 132 000 $ pour assurer la survie du Squat Basse-Ville.

Les administrateurs du Squat Basse-Ville réclament toujours une rencontre avec l'Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale.

Une vingtaine de jeunes et d'intervenants avaient manifesté jeudi soir devant les bureaux de la ministre déléguée aux Services sociaux, Véronique Hivon.

Alexandra Paré, une jeune femme de 19 ans qui a commencé à fréquenter l'organisme à l'âge de 11 ans, est déçue par la tournure des événements. « C'est comme ma famille. Sans le Squat, je ne sais même pas ce que je vais faire. C'est ici que je me nourris, que je trouve quelqu'un qui va m'entendre », explique-t-elle.

Plusieurs jeunes affirment que le Squat Basse-Ville est tout ce qu'ils ont dans la vie. « Le 18, ça va fermer et je n'ai aucune place où aller. Ma mère ne veut pas me reprendre, ma famille ne veut pas me reprendre », raconte une jeune de 17 ans, Megan.