NOUVELLES
15/02/2013 11:34 EST | Actualisé 17/04/2013 05:12 EDT

Katusha: "Aujourd'hui le TAS nous a fait un beau cadeau" (directeur sportif)

Valerio Piva, directeur sportif de Katusha, a estimé vendredi que la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) de redonner sa place en première division (WorldTour) à l'équipe cycliste russe avait été "un beau cadeau".

"Aujourd'hui le TAS nous a fait un beau cadeau", a reconnu Valerio Piva, lors d'une conférence de presse à Mascate à l'occasion du Tour d'Oman, où son leader, l'Espagnol Joaquim Rodriguez, est actuellement 4e au classement général après avoir gagné l'étape reine, jeudi, sur la "Montagne Verte".

"Ekimov (Viatcheslav Ekimov, le manager de l'équipe, ndlr) m'a appelé dans la voiture, à 10 km de la fin de l'étape, et bien sûr j'étais très heureux", a raconté le directeur sportif de la Katusha: "Dès l'arrivée, j'ai prévenu +Purito+ en premier, et ensuite les autres coureurs, c'était une grande victoire pour nous".

Interrogé de son côté, "Purito" Rodriguez a avoué avoir vécu "deux mois très difficiles", dans l'attente de la décision du TAS. "Franchement, ça ne me plairait pas qu'une autre équipe vive deux mois comme ça", a poursuivi le N.1 mondial 2012, à la question de savoir si maintenant une autre équipe WorldTour pourrait se voir retirer sa licence en 1re division pour compenser la réintégration de Katusha.

Avec la décision du TAS, dix-neuf équipes font effet désormais partie de la première division, censée être limitée à dix-huit. Mais l'UCI pourrait accepter exceptionnellement une équipe supplémentaire, plutôt que d'en écarter une, la saison étant d'ores et déjà entamée.

Au sujet des équipes qui l'ont contacté durant ces deux mois de suspense, pour prendre des contacts, Joaquim Rodriguez a précisé que celles-ci avaient été "très respectueuses" vis-à-vis de Katusha. Il s'est cependant refusé à indiquer le nombre de ces équipes, ainsi que leurs noms.

"Bien sûr, j'étais inquiet", a confirmé Valerio Piva, au sujet de la possibilité de voir Katusha perdre son leader si elle avait été maintenue en 2e division, "car nous savions qu'il lui fallait une équipe assurée de faire le Tour de France", ce qui n'est le cas que des équipes WorldTour.

"Mais maintenant, nous pouvons avoir une vision à long terme", a-t-il ajouté, Rodriguez concédant de son côté que cette décision du TAS serait peut-être fêtée "avec un peu de champagne".

ol/we