NOUVELLES
15/02/2013 01:37 EST | Actualisé 17/04/2013 05:12 EDT

Égypte: des islamistes dénoncent la violence des manifestations de l'opposition

LE CAIRE, Égypte - Plusieurs milliers d'islamistes ultraconservateurs se sont rassemblés vendredi au Caire pour protester contre la récente vague de manifestations antigouvernementales violentes, tandis que des militants progressistes ont organisé de plus petites manifestations à travers la capitale égyptienne pour réclamer l'imputabilité des dirigeants du pays.

Ces manifestations parallèles illustrent les profondes divisions qui affligent l'Égypte depuis le soulèvement qui a renversé le président Hosni Moubarak il y a deux ans.

La plus récente vague de troubles a commencé il y a trois semaines, autour du deuxième anniversaire du renversement de l'ancien régime. L'opposition accuse le président Mohammed Morsi et les Frères musulmans de tenter de monopoliser le pouvoir. L'opposition réclame aussi l'amendement de la Constitution adoptée à la hâte l'an dernier.

Le président et ses partisans répliquent que les manifestations incessantes de l'opposition nuisent à l'économie et empêchent la mise en application des réformes.

Signe d'appui au président, environ 5000 partisans islamistes se sont rassemblés vendredi devant l'université du Caire dans le cadre du rassemblement «Non à la violence». Certains manifestants portaient des bannières où l'on pouvait lire «Le peuple veut une main de fer» et «Oui à la loi islamique», tandis que d'autres scandaient «Le peuple veut l'application de la loi de Dieu».

Le rassemblement a été présenté comme une dénonciation des manifestations antigouvernementales des dernières semaines qui ont souvent pris une tournure violente, faisant plus de 70 morts.

«Je voudrais dire aux gens qui attaquent la police en lançant des cocktails Molotov que cela est inacceptable», a déclaré Mahmoud Mamdouh, qui manifestait devant l'université. Les policiers «sont des gens du peuple et les édifices détruits sont notre propriété», a-t-il dit.

D'importantes personnalités islamistes, dont Mohammed el-Beltagi, des Frères musulmans, se sont adressées à la foule.

«Nous sommes unis en solidarité contre la violence, le blocage des routes et les attaques contre les institutions», a déclaré M. El-Beltagi aux manifestants. «Ce sont des crimes qui devraient être traités devant les tribunaux, et non dans la sphère politique.»

Le rassemblement avait été organisé par Gamaa Islamiya, un ex-groupe jihadiste dont les membres ont été emprisonnés pendant des décennies sous l'ancien régime. Le bras politique du groupe n'a remporté que quelques sièges aux élections parlementaires de l'an dernier, mais Gamaa Islamiya bénéficie d'un important réseau d'appuis à travers l'Égypte.

Les groupes islamistes les plus puissants du pays, les Frères musulmans et les différents groupes salafistes, n'ont pas participé officiellement à la manifestation.

De l'autre côté de la ville, environ 1000 militants progressistes se sont réunis devant le palais Qasr al-Kobba, l'une des résidences secondaires du président, considérée comme symbolique.

Plusieurs milliers de personnes ont également marché vers le ministère de la Défense pour réclamer justice pour la mort de manifestants durant le régime militaire transitoire. Une autre marche s'est dirigée vers le principal tribunal de la ville pour demander que les responsable de la mort d'un jeune vendeur de rue tué par les forces de l'ordre ce mois-ci soient punis.