NOUVELLES
15/02/2013 12:26 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

"Escape From Planet Earth", ou quand les aliens cherchent à fuir la Terre

"Escape From Planet Earth", nouveau dessin animé du mini-studio des frères Weinstein, s'amuse à prendre le contre-pied des films d'invasion extra-terrestre, en mettant en scène des aliens bleus voulant à tout prix à quitter "l'endroit le plus dangereux de l'univers", la Terre.

The Weinstein Company, que l'on connaît surtout pour son activité de distributeur et de "machine à Oscars" -- son co-fondateur Harvey Weinstein fut l'artisan du triomphe de "The Artist" aux Oscars 2012 --, se lance à nouveau dans l'animation, après "La véritable histoire du petit chaperon rouge" (2004).

"Escape From Planet Earth" (Fuir la planète Terre), qui sort vendredi en Amérique du Nord, "a été en développement chez Weinstein pendant un bon bout de temps, et le film a pris plusieurs chemins", expliquait récemment le réalisateur Callan Brunker lors de la présentation du film à la presse.

"Cela arrive souvent avec l'animation, vous essayez un tas de choses avant de trouver le film que vous voulez vraiment", poursuit-il.

La gestation a cependant été difficile et l'équipe des créateurs originaux -- qui avait travaillé sur le "chaperon rouge" -- a été écartée du projet et est en procès avec les frères Weinstein.

M. Brunker est celui qui a mené le projet à terme et finalisé l'histoire avec Harvey Weinstein. "Harvey voulait vraiment que l'importance de la famille soit le point central. C'est clairement le genre de films que j'aime et je pense que nos sensibilités se sont parfaitement accordées", dit-il.

Le film met en scène deux frères sur la planète Baab. Scorch est un astronaute adulé pour ses exploits et son frère Gary, nettement plus discret, est un informaticien de la Nasa locale. Mais lorsque Scorch est fait prisonnier sur Terre par un général anti-aliens, Gary va devenir son seul salut.

Par un amusant retournement de scénario, la planète accueillante est ici celle des aliens, et la Terre est vue comme un monde bizarre peuplé de gens étranges aux coutumes incompréhensibles.

Mais le coeur du film reste le thème, très classique dans l'animaton américaine, de la famille. "Au final c'est un film rempli d'aliens, mais je ne le vois pas du tout comme un film de science-fiction", observe le réalisateur. "Ce sont des représentations de nos propres familles".

Interrogé sur la couleur bleue de ses aliens, que l'on retrouve régulièrement dans l'histoire du cinéma de science-fiction et d'animation -- d'"Avatar" aux "Schtroumpfs" en passant par Monstres et Cie" -- M. Brunker remarque que le choix n'est pas aussi large qu'on pourrait le penser.

"Quand vous cherchez une couleur d'alien à laquelle vous puissiez vous identifier, une fois que vous avez écarté les couleurs de peau humaines, celles qui sont trop difficiles à regarder sur la longueur -- comme le rouge, l'orange ou le jaune -- et que vous renoncez au gris, associé à la maladie, vous vous trouvez vite face à une palette de couleurs très réduite", observe-t-il.

"Il y a le vert, le bleu et c'est à peu près tout. On peut aussi choisir le violet, mais c'est assez difficile à regarder pendant tout un film. Ce n'est pas un coïncidence que le bleu ait été très utilisé", dit-il.

Côté voix, "travailler avec Harvey a ouvert énormément de portes" et la distribution américaine empile les noms célèbres, de Brendan Fraser à Ricky Gervais, en passant par William Shatner, Sarah Jessica Parker et Jessica Alba.

Cette dernière, qui joue la supérieure perfide de Gary, participait pour la première fois au doublage d'un dessin animé.

"Je n'avais jamais fait ça avant donc j'ai essayé beaucoup de choses. Je pense que je préférais les prises où je faisais vraiment des trucs dingues, mais je pense qu'ils ont trouvé que c'était trop!", dit-elle.

rr/abl