NOUVELLES
15/02/2013 11:53 EST | Actualisé 17/04/2013 05:12 EDT

C'est le résultat qui compte

Le retour de la Floride s'est fait tout en douceur pour le Canadien qui a eu congé d'entraînement, vendredi, au lendemain de la victoire de 1-0 obtenue à Sunrise. Tout un contraste par rapport au contexte négatif de début de semaine à la suite de la râclée encaissée à domicile face aux Maple Leafs de Toronto.

Les victoires acquises contre le Lightning de Tampa Bay (4-3 en tirs de barrage) et les Panthers de la Floride l'ont été à la dure. Mais qu'importe, c'est le résultat qui compte.

Et comme l'a souligné l'entraîneur Michel Therrien jeudi, « ce n'est pas évident » pour les équipes de connaître du succès en Floride.

Le Tricolore (8-4-1) est de retour dans le peloton de tête de l'Association de l'Est et, avant vendredi, il n'accusait qu'un retard d'un point sur les meneurs de sa section, les Bruins de Boston. Les Bruins étaient en action à Buffalo, où les Sabres traînent de la patte au quart de la saison écourtée.

Le Canadien sera donc bien énergisé pour entamer une autre tranche de trois matchs en l'espace de quatre soirs, samedi. Les visiteurs au Centre Bell, les Flyers de Philadelphie, en seront à leur deuxième match en autant de soirs. Les Flyers affrontent les Devils du New Jersey à Newark vendredi.

Le CH accueillera par lundi les Hurricanes de la Caroline,  toujours coriaces à Montréal, avant de se rendre à New York pour se mesurer aux Rangers mardi.

Un premier pour Pacioretty?

Ce qui est intéressant jusqu'à maintenant, voire intrigant, c'est que l'équipe connaît du succès même si tout est loin d'être au beau fixe.

Max Pacioretty est toujours à la recherche d'un premier but cette saison et Therrien rame fort afin de recréer la belle cohésion que David Desharnais, Erik Cole et lui avaient créée ensemble la saison dernière.

La discipline est un aspect que le groupe doit améliorer. L'entraîneur martèle le message et on a le sentiment qu'il est en voie d'être saisi. Il reste que l'équipe demeure la plus punie de la Ligue nationale avec en moyenne 20,7 minutes de pénalité par match. Au rayon des pénalités mineures, son total de 75 est le deuxième pire de la ligue derrière les 76 des Flyers.

L'autre grande lacune, c'est le manque d'efficacité lors des mises en jeu. Trop souvent, le Canadien doit se lancer à la poursuite de la rondelle une fois remise en jeu. Il vient au 28e rang de la ligue dans cette catégorie avec un taux de réussite de 45,6 %. Seuls les Oilers d'Edmonton et les Sabres de Buffalo sont pires.

On ne peut blâmer aucun des quatre principaux joueurs de centre parce qu'ils affichent tous un taux semblable, sous la barre des 50 %. Le cinquième, Ryan White, se démarque avec un taux de de succès de 63,7 %, mais c'est après les mises en jeu que ça se gâte pour lui. Son indiscipline récurrente l'a chassé de la formation.

Si tout le monde est en santé, White devrait d'ailleurs être de nouveau laissé de côté samedi, comme les défenseurs Yannick Weber et Tomas Kaberle.


PLUS:rc