NOUVELLES
15/02/2013 12:04 EST | Actualisé 17/04/2013 05:12 EDT

Artcurial annule la vente controversée d'un sceau impérial chinois

La maison d'enchères Artcurial a annulé la vente controversée d'un sceau impérial chinois adjugé 1,12 million d'euros à Paris car "c'était devenu très compliqué en raison de l'émoi provoqué en Chine par cette transaction", a appris vendredi l'AFP auprès de cette société française.

Ce cachet impérial en jade vert sculpté, de la dynastie Qing, époque Qianlong (1736-1795), avait été vendu aux enchères le 17 décembre à un acheteur étranger au téléphone, sur fond de polémique.

"Cela devenait plus raisonnable d'annuler la transaction. Nous avons informé l'acheteur et le vendeur de notre décision par des courriers envoyés il y a plusieurs jours", a déclaré un porte-parole d'Artcurial interrogé par l'AFP.

L'Association pour la Protection de l'Art chinois en Europe (Apace) s'opposait à cette vente, estimant que l'objet provenait du sac de l'ancien Palais d'été de Pékin en 1860.

L'Administration d'Etat du patrimoine culturel chinois avait protesté contre la vente du sceau, selon la presse chinoise.

Au moment de la vente, Artcurial, qui dispose d'une représentation à Pékin, avait fait valoir que, selon ses experts, le sceau portait une inscription témoignant qu'il était attaché à la Bibliothèque Impériale installée dans la Cité Interdite et non dans l'ancien Palais d'Été.

pcm/pjl/far/bbc