NOUVELLES
14/02/2013 09:59 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Venezuela: l'absence du président Hugo Chavez inquiète l'opposition

CARACAS, Venezuela - Le chef de l'opposition vénézuélienne demande à savoir pourquoi le président Hugo Chavez ne s'est pas exprimé en public depuis plus de deux mois, alors qu'il subit toujours un traitement contre le cancer à Cuba.

Henrique Capriles a remis en question le long silence présidentiel lors d'une conférence de presse donnée jeudi, un jour après que le vice-président eut offert une mise à jour vague indiquant que M. Chavez suivait des traitements «extrêmement complexes et difficiles» à Cuba.

M. Capriles s'est demandé pourquoi, si le président peut signer des documents pour approuver des mesures telles qu'une nouvelle dévaluation de la monnaie, «il n'est pas en moyen de s'adresser à la nation».

Le président âgé de 58 ans a subi une nouvelle opération chirurgicale le 11 décembre pour un type de cancer pelvien non spécifié. Depuis, le gouvernement a offert des mises à jour régulières, bien que celles-ci se soient raréfiées au cours des dernières semaines.

Des responsables, dont le vice-président Nicolas Maduro, se sont fréquemment rendus à La Havane, et M. Maduro a montré à la télévision des documents signés par M. Chavez.

L'absence de deux mois du président a alimenté les spéculations selon lesquelles il serait incapable de s'exprimer par téléphone ou à la télévision, comme ce fut le cas lors des précédents traitements.

M. Chavez a subi l'ablation de plusieurs tumeurs de sa région pelvienne, en plus de s'être soumis à des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie.

S'exprimant jeudi devant des journalistes, M. Capriles a également condamné la dernière dévaluation de la monnaie, affirmant que le gouvernement devrait désormais augmenter le salaire minimum pour compenser les travailleurs de la classe moyenne, alors que le pays est aux prises avec une inflation de 22 pour cent.

M. Maduro a répliqué aux critiques de M. Capriles en affirmant que le gouverneur devrait retourner au travail dans son propre État. Le vice-président a également laissé entendre que M. Capriles semblait «obsédé» par l'idée d'être de nouveau un candidat présidentiel. Ce dernier a perdu contre M. Chavez lors du scrutin d'octobre dernier.