NOUVELLES
14/02/2013 08:26 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Une opposition émiettée face au président Correa en Equateur

Sept candidats tenteront dimanche le pari, impossible selon les sondages, d'enrayer la réélection du président socialiste Rafael Correa, grand favori de la présidentielle de dimanche en Equateur.

- Guillermo Lasso:

Principal rival, ce banquier conservateur de 57 ans fut gouverneur de la province de Guayas (sud-ouest), puis éphémère ministre de l'Economie d'un gouvernement balayé par une violente crise économique entraînant la dollarisation de l'économie à la fin des années 2000.

Crédité d'à peine 10% dans les sondages à plus de trente points derrière M. Correa, cet ami de l'ancien chef du gouvernement espagnol José Maria Aznar, affirme pourtant être "le seul à pouvoir le battre dans les urnes".

M. Lasso propose de réduire la dépense publique et supprimer les nouveaux impôts créés par M. Correa, dont il dénonce "l'excès de présidencialisme", son "intolérance" envers les médias.

Il réclame aussi plus de sécurité juridique dans le pays et accuse le chef de l'Etat d'avoir provoqué une fuite des capitaux étrangers, en imposant une renégociation des contrats avec les multinationales.

- Lucio Gutierrez

Elu président, cet ancien colonel à la retraite de 55 ans a été renversé en 2005 lors d'une révolte populaire, après avoir tenté de nommer des magistrats proches à la Cour suprême. Candidat malheureux face à M. Correa lors de la présidentielle de 2009, il est cette fois placé en troisième position, à l'affût derrière M. Lasso dans les sondages, l'ancien chef de l'Etat nationaliste jouit encore d'une certaine aura et promet de ne pas répeter les erreurs passées.

Les autres adversaires de M. Correa sont crédités de très faibles pourcentages.

- Alvaro Noboa

Ce magnat de la banane, première fortune du pays, vaincu par M. Correa lors de sa première élection en 2006, se présente pour la cinquième fois à la présidentielle. Il a reçu un avertissement de l'autorité électorale pour avoir offert des cadeaux en nature lors de sa campagne.

- Alberto Acosta: un ancien ministre de M. Correa, passé dans l'opposition avec le soutien d'une partie de la communauté indigène.

- Norman Wray: ancien conseiller muncipal de Quito et ex-allié du gouvernement qu'il juge désormais insuffisament progressiste.

- Nestor Zavala: un pasteur évangéliste qui promet d'interdire les concerts de rock et qualifie les homosexuels de "pêcheurs" et de "désquilibrés".

- Maurico Rodas: ancien conseiller auprès d'hommes politiques, il a créé son propre parti de droite.

str/pz/abl