NOUVELLES
14/02/2013 02:55 EST | Actualisé 15/04/2013 05:12 EDT

Tunisie: les islamistes et leurs alliés pour un cabinet de politiques

Le parti islamiste tunisien Ennahda et trois de ses alliés ont insisté sur un cabinet composé de personnalités politiques, s'inscrivant clairement contre l'idée du Premier ministre Hamadi Jebali d'un gouvernement de technocrates.

"La situation actuelle nécessite un cabinet de coalition ouvert sur des personnalités politiques et indépendantes", ont affirmé les quatre mouvements dans un communiqué commun publié dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le communiqué a été publié à l'issue d'une réunion des responsables d'Ennahda, du Congrès pour la République (CPR) du président Moncef Marzouki, du mouvement Wafa et du bloc parlementaire Liberté et dignité qui détiennent théoriquement la majorité absolue à l'Assemblée nationale constituante (ANC).

Ils totalisent 125 élus sur 217 alors que M. Jebali peut être censuré sur son projet avec 109 votes négatifs.

Pour ces quatre mouvements, le gouvernement qu'ils proposent doit s'employer à lutter contre la corruption, à relancer l'économie et à rétablir l'ordre par une stricte application de la loi.

Ces partis étaient contre la proposition de M. Jebali, numéro deux d'Ennahda, qui a défié son parti, mais c'est la première fois qu'ils expriment collectivement leur hostilité à son projet.

Le Premier ministre a été soutenu dans son initiative par Ettakotol, du président de l'ANC, Mustapha Ben Jaafar, qui est membre de la Troïka au pouvoir, mais aussi par des partis de l'opposition laïque, par le puissant syndicat, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) et le patronat.

mh/sw