NOUVELLES
14/02/2013 07:27 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Syrie: des jihadistes prennent une ville proche de l'Irak (ONG)

Des combattants jihadistes du Front al-Nosra ont pris jeudi le contrôle d'une ville syrienne dans la province pétrolière de Hassaka (nord-est) près de la frontière avec l'Irak, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"A l'issue de trois jours d'intenses combats contre l'armée, les combattants d'al-Nosra ont pris le contrôle de la ville d'al-Chaddadé", indique l'organisation basée au Royaume-Uni.

Les combats et les attentats à la voiture piégée ces trois derniers jours se sont soldés par la mort d'au moins 100 membres des troupes gouvernementales et 30 combattants d'al-Nosra, dont 5 de nationalité koweïtienne, d'après l'OSDH, qui s'appuie sur un réseau de militants et de sources médicales civiles et militaires à travers la Syrie.

Des "dizaines d'employés" travaillant pour la compagnie pétrolière nationale syrienne ont également péri dans l'assaut des rebelles sur la ville, a indiqué l'organisation, sans plus de précisions.

Par ailleurs, sur le front d'Alep où les rebelles avancent depuis plusieurs jours, le régime a reconnu jeudi avoir perdu la veille le contrôle de la base stratégique Brigade 80, à 15 km à l'est de la grande ville de nord.

Cette base, en charge de la sécurité de l'aéroport international d'Alep et de l'aéroport militaire d'Al-Nairab, a été prise mercredi par des groupes islamistes rebelles, le Front al-Nosra, Liwa al-Tawhid et les Mouhajirine, selon l'OSDH.

"L'armée se prépare à reprendre le contrôle de la base Brigade 80", écrit jeudi al-Watan, quotidien proche du pouvoir, affirmant que les combats avaient provoqué la mort de "centaines d'hommes armés", mais aussi du chef de la base et de son adjoint.

Ailleurs dans pays, l'armée syrienne a pris le contrôle d'un quartier clé de Homs, troisième ville du pays, après plusieurs semaines de combats acharnés contre les rebelles, selon l'OSDH.

"L'armée est entrée à Jobar, quartier de l'ouest de Homs, et les rebelles se sont retirés du secteur", indique Rami Abdel Rahmane, président de l'organisation.

La semaine dernière, l'armée avait repris Kafar Aya, dans la banlieue sud-ouest de Homs, surnommée "capitale de la révolution" par les militants anti-régime.

Depuis le 19 janvier, l'armée s'est engagée dans une offensive contre les insurgés en vue de sécuriser la voie qui traverse cete ville et relie Damas aux régions côtières.

Dans la province de Homs, l'aviation syrienne a bombardé pour le "dixième jour consécutif" Palmyre, ville autrefois touristique, a par ailleurs indiqué à l'AFP via Skype un militant qui se fait appeler Mohammad al-Khatib.

Et selon l'OSDH, les avions du régime ont également mené des raids contre la localité rebelle de Rastane, qui échappe au régime depuis près d'un an.

"La province de Homs est stratégique pour le régime car elle est la plus grande du pays", explique un militant qui se fait appeler Abou Rawane.

"L'armée fera tout son possible pour la récupérer" en entier, a-t-il dit.

ram-ser/cnp