NOUVELLES
14/02/2013 11:19 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Suicide d'un chômeur à Nantes: des précédents récents en Europe

Le suicide d'un chômeur en fin de droits, mercredi à Nantes (ouest), qui s'est immolé par le feu, a eu plusieurs précédents ces dernières années en Europe, notamment dans des pays touchés par la crise économique et la récession.

- FRANCE: Le 8 août 2012, un chômeur de 51 ans, privé d'allocations sociales depuis mai et à qui on réclamait pour la quatrième fois des pièces justificatives complémentaires, se suicide dans les bureaux de la Caisse d'allocations familiales à Mantes-la-Jolie en région parisienne en s'immolant par le feu lors d'un entretien avec un conseiller.

Quelques mois plus tard, en octobre, une femme de 52 ans, en situation de détresse sociale, fait de même dans le bureau du député-maire d'Hazebrouck (nord) et décède quelques jours plus tard des suites de ses brûlures.

Le 26 avril 2011, un employé de France-Télécom-Orange de 57 ans s'immole par le feu sur un parking de l'entreprise à Mérignac (sud-ouest). Le groupe avait été marqué par une vague de 35 suicides en 2008 et 2009 essentiellement pour des cas de harcèlement au travail.

- ESPAGNE: Le 2 janvier, un chômeur de 57 ans, ayant des soucis d'argent, s'immole par le feu à Malaga (sud). Le lendemain, un autre homme de 63 ans est découvert dans une voiture en feu sous une autoroute, après une vraisemblable "tentative de suicide". Les deux hommes décèdent des suites de leurs brûlures.

- ITALIE: L'immolation par le feu le 28 mars 2012 à Bologne (nord) d'un maçon de 58 ans, poursuivi pour ne pas avoir payé ses impôts, a bouleversé le pays. Son agonie a duré neuf jours.

A la même période, un maçon marocain de 27 ans s'est donné la mort par le feu sur une place de Vérone (nord) après avoir hurlé qu'il n'avait pas été payé depuis quatre mois.

- GRECE: Le 4 avril 2012 à Athènes, un pharmacien à la retraite de 77 ans met fin à ses jours en se tirant une balle dans la tête, près du parlement, alors que les manifestations contre l'austérité se multiplient. Atteint d'un cancer et vivant seul, il accusait l'Etat de l'avoir privé de ressources par les coupes dans les retraites.

Le 28 juin, un homme de 45 ans, employé de la banque Agricole grecque (ATE) en cours de restructuration, se suicide en sautant du rocher de l'Acropole.

fm/bc/gg/sb