NOUVELLES
14/02/2013 11:18 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Paris va rendre sept tableaux volés à deux familles juives par les nazis

La France s'apprête à rendre à deux familles juives sept tableaux volés lors de la Seconde guerre mondiale et conservés dans des musées, a indiqué le ministère français de la Culture précisant que les dossiers étaient bouclés et qu'il restait à fixer une date.

Ces tableaux font partie de quelque 2.000 oeuvres sans propriétaire identifié, dotées du statut de MNR (Musées Nationaux Récupération) depuis 1949. Sous la garde de l'Etat, elles sont conservées dans les musées français qui doivent les signaler et les montrer au public, en attendant leur réclamation.

Six toiles de peintres italiens et allemand du XVIIIe siècle qui appartenaient à un industriel autrichien de Vienne, Richard Neumann, seront prochainement rendues à son petit-fils octogénaire Tom Selldorff, a déclaré à l'AFP le ministère, confirmant une information du quotidien Le Monde. Les Nazis avaient récupéré ces oeuvres pour les envoyer au musée qu'Adolf Hitler voulait ouvrir à Linz, sa ville natale autrichienne.

M. Neumann avait fui l'Autriche avec sa famille en 1938 lors de l'annexion par l'Allemagne, emportant à Paris une partie de sa collection de tableaux. Il avait du les brader en 1941 pour pouvoir payer des passeurs et gagner Cuba.

Il s'agit de "Allégorie de Venise" de Gaspare Diziani (1689-1767) actuellement au musée des Beaux-Arts d'Agen, un "Saint-François" de Salvator Francesco Fontebasso (1709-1769), un "Portrait de Bartolomeo Ferracina" signé Alessandro Longhi (1733-1813) et "Le miracle de saint Eloi" de Gaetano Gandolfi (1734-1802), tous conservés au Louvre.

Un autre tableau est déposé au musée d'Art moderne de Saint-Etienne, "Abraham et les Anges" de Sebastiano Ricci (1659-1734), et "Apothéose de Saint Jean Népomucène", de l'allemand François-Charles Palko (1724-1770) est au musée des Beaux-Arts de Tours.

Le septième tableau, "La Halte" de Pieter-Jansz van Asch, confisqué par les Nazis à un banquier praguois Josef Wiener, mort en déportation, a une histoire différente, selon Le Monde. Le fils de son épouse, issu d'un nouveau mariage, a pu le retrouver après des recherches sur les filières. A la fin de la guerre, les Alliés ont renvoyé dans leur pays d'origine, les oeuvres spoliées par les nazis récupérés en Allemagne, faisant parfois des erreurs. Ce fut le cas pour la toile de van Asch qui s'est retrouvée en France.

La France rend "en moyenne une oeuvre par an depuis dix ans" a indiqué à l'AFP la directrice des Musées de France, Marie-Christine Labourdette.

Toutes les demandes de restitutions sont examinées et les oeuvres sont rendues "lorsque nous avons acquis une certitude quasi absolue", ajoute-t-elle.

En 2013, une dizaine d'oeuvres devraient ainsi être remises. "Nous constatons une stabilité des demandes de familles françaises et un élargissement des demandes à des familles issues des pays d'Europe centrale, qui peuvent accéder désormais via internet aux bases de données et aux documents que nous avons mis en ligne", relève-t-elle.

"Nous sommes en train d'assister à un changement de génération, avec un risque de rupture de la chaîne de la mémoire familiale", constate-t-elle. Les Musées de France ont donc décidé de "partir des oeuvres pour essayer de reconstituer leur histoire", avec un premier échantillon de 160 oeuvres vraisemblablement volées par les nazis.

pcm/pjl/gg/kat/fw