NOUVELLES
14/02/2013 12:41 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Ouverture du Festival Etonnants voyageurs, qui a posé ses valises à Brazzaville

Le festival culturel Etonnants Voyageurs s'est ouvert jeudi après-midi à Brazzaville, sur le thème de "l'Afrique qui vient".

Concerts, expositions, ateliers, projections et débats vont se succéder jusqu'à dimanche. Une centaine d'auteurs francophones et anglophones vont y participer. Parmi eux, l'écrivain sud-africain André Brink, l'Américain, d'origine nigériane Teju Cole, et les Belges Lieve Joris et David Van Reybrouck.

"C'est ici que se met en branle la caravane de l'Afrique qui vient", a lancé l'ambassadeur du Congo à Paris, Henri Lopes, en ouvrant le festival financé à hauteur de 500.000 euros, notamment par le gouvernement congolais et l'Organisation internationale de la francophonie.

Ce festival, centré sur les écrivains africains, s'est tenu à huit reprises à Bamako depuis 2001. Outre les circonstances, il "avait rempli son rôle" dans cette ville, ont expliqué ses organisateurs, les écrivains Alain Mabanckou et Michel Le Bris.

Pour eux, Brazzaville "peut s'enorgueillir d'avoir été un carrefour des lettres africaines". "La fratrie congolaise a épousé la littérature-monde", leitmotiv du festival Etonnants Voyageurs, a ajouté Alain Mabanckou.

Après la génération de l'exil, une nouvelle génération "d'écrivains africains est apparue grâce au développement d'internet", a expliqué à l'AFP Michel Le Bris. "Une mutation colossale et vitale", selon lui.

De fait, a expliqué à l'AFP Michel Levenez, un éditeur français qui avait fait le déplacement, l'édition africaine classique repose essentiellement sur les ouvrages scolaires.

pb/hab/aub