NOUVELLES
14/02/2013 09:00 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Mgr Gänswein restera avec Benoît XVI tout en dirigeant la maison pontificale

Le secrétaire particulier de Benoît XVI, Mgr Georg Gänswein, l'accompagnera à Castel Gandolfo puis dans le monastère au sein du Vatican où il a prévu de se retirer après sa démission, tout en continuant à diriger la maison pontificale sous le futur pape, a indiqué jeudi le Saint-Siège.

Mgr Gänswein a été nommé en décembre préfet de la maison pontificale en restant secrétaire particulier de Benoît XVI, une promotion remarquée en faveur d'un homme conservateur, toujours plus influent et jouissant de la pleine confiance du pape théologien, Allemand comme lui.

Mgr Gänswein, consacré évêque le 6 janvier et promu le même jour au rang d'archevêque, participera en tant que chef de la maison pontificale à l'installation du successeur de Benoît XVI qui sera élu par le Conclave à la mi-mars.

Lors d'une conférence de presse, le père Federico Lombardi a souligné que la fonction de préfet de la maison pontificale était uniquement organisationnelle et n'avait pas d'impact sur le gouvernement de l'Eglise.

Le préfet de la Maison pontificale est chargé d'organiser les audiences et la logistique des journées.

Le porte-parole a plusieurs fois souligné la "discrétion" de Joseph Ratzinger et sa volonté de ne pas interférer dans le nouveau pontificat, mais la double fonction de Don Georg a été relevée comme risquant d'aller dans un sens contraire.

Benoît XVI sera aussi accompagné à Castel Gandolfo puis au monastère par les quatre laïques consacrées de la Famille pontificale, les "Memores Domini", a précisé le père Lombardi.

A court terme, le frère aîné du pape, Mgr Georg Ratzinger, devrait aussi s'installer dans le petit monastère.

Mgr Gänswein et les "Memores Domini" partagent le quotidien de Benoît XVI, de la messe du matin aux repas, en passant par ses moments de détente, depuis le début du pontificat en avril 2005.

La double fonction future de Don Georg a été jugée bizarre par les journalistes suivant le Vatican. Selon Jean Mercier de l'hebdomadaire La Vie, "il sera compliqué pour un homme de servir deux papes, et ce ne peut être que transitoire".

"C'est le reflet de l'étrangeté de la situation qui fait qu'un ancien pape va rester sur place", a-t-il commenté, estimant que cette proximité est susceptible de créer "une situation difficile" pour le successeur.

Par ailleurs, le père Lombardi n'a pas démenti les révélations parues dans les médias italiens au sujet d'un incident lors du voyage de Benoît XVI au Mexique en mars dernier.

Le pape, de nuit, se serait blessé au crâne lors d'une chute nocturne dans sa résidence à León. Le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège a cependant assuré que cet incident, qui ne l'avait pas empêché de poursuivre son voyage, n'avait pas de lien direct avec son choix de renoncer à sa charge.

str-jlv/fka/fw