NOUVELLES
14/02/2013 06:25 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Les républicains bloquent la nomination de Chuck Hagel à la Défense

US President Barack Obama (R) stands with his nominee for Defense Secretary, former Nebraska senator Chuck Hagel (L), during an event at the White House in Washington on January 7, 2013. Obama also nominated his counter-terrorism adviser John Brennan to replace David Petraeus as director of the Central Intelligence Agency (CIA).   AFP PHOTO/Jim WATSON        (Photo credit should read JIM WATSON/AFP/Getty Images)
Getty Images
US President Barack Obama (R) stands with his nominee for Defense Secretary, former Nebraska senator Chuck Hagel (L), during an event at the White House in Washington on January 7, 2013. Obama also nominated his counter-terrorism adviser John Brennan to replace David Petraeus as director of the Central Intelligence Agency (CIA). AFP PHOTO/Jim WATSON (Photo credit should read JIM WATSON/AFP/Getty Images)

WASHINGTON - Les républicains ont bloqué, du moins temporairement, la nomination de l'ancien sénateur républicain Chuck Hagel au poste de secrétaire à la Défense des États-Unis.

Lors du vote tenu jeudi au Sénat, il manquait deux voix sur les 60 nécessaires pour confirmer la nomination de M. Hagel, alors que les élus s'apprêtent à quitter Washington pour une semaine de congé.

Les démocrates détiennent la majorité des sièges au Sénat, qui doit confirmer la nomination des secrétaires du cabinet et d'autres hauts responsables. Mais ils ont besoin des votes d'au moins cinq républicains pour confirmer la nomination de Chuck Hagel.

Les rejets sont extrêmement rares. Le leader de la majorité, Harry Reid, a déclaré que le blocage du vote jeudi était sans précédent.

M. Hagel, ancien sénateur républicain et vétéran de la guerre du Vietnam, a déjà été interrogé de façon pointue par ses anciens collègues au sujet de ses déclarations passées sur Israël, l'Iran et les armes nucléaires.

Les républicains du Sénat réclament plus d'informations sur ce que faisait le président Obama la nuit de l'attaque meurtrière contre le consulat des États-Unis à Benghazi, en Libye, qui a coûté la vie à quatre Américains, dont l'ambassadeur.

La Maison-Blanche a répondu mercredi à la demande d'information des républicains, selon M. Reid.

«Mais maintenant, les républicains disent que ce n'est pas assez. Ce n'est pas une façon de procéder», a-t-il estimé.