NOUVELLES
14/02/2013 03:37 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

L'ancien dirigeant de RIM, Jim Balsillie, n'a plus d'actions de BlackBerry

TORONTO - Jim Balsillie a déjà contracté une deuxième hypothèque sur sa maison afin d'assurer l'avenir du fabricant du téléphone intelligent BlackBerry, mais à la fin de l'année dernière, l'ancien cochef de la direction de l'entreprise s'était départi de toutes les actions qu'il lui restait.

Des documents déposés auprès de responsables américains de la réglementation permettent d'apprendre que M. Balsillie, qui a déjà été le troisième plus important actionnaire de Research In Motion (TSX:BB), ne possédait plus aucune action de la société le 31 décembre dernier.

M. Balsillie détenait plus de 26 millions d'actions de RIM à la fin de 2011, selon ces documents, obtenus par l'entremise de DisclosureNet.com.

Les documents ne précisent pas combien M. Balsillie a obtenu en échange des actions, ni à quel moment celles-ci ont été vendues, mais ils démontrent avec quelle rapidité il s'est départi de sa participation dans l'entreprise qu'il dirigeait encore à peine quelques mois plus tôt.

Le titre valait un peu moins de 15 $ l'action à la fin de 2011, donnant alors à la participation de M. Balsillie une valeur de près de 400 millions $.

En janvier 2012, Jim Balsillie a démissionné de son poste de cochef de la direction, tout comme le cofondateur de RIM, Jim Lazaridis. Bien que les deux hommes demeurèrent membres du conseil d'administration, M. Balsillie avait complètement quitté RIM quelque deux mois plus tard.

Les deux hommes ont empoché un total de 12 millions $ lorsqu'ils ont quitté leurs fonctions de cochef de la direction.

RIM a récemment changé d'identité et pris le nom de son principal produit, BlackBerry.