NOUVELLES
14/02/2013 03:06 EST | Actualisé 15/04/2013 05:12 EDT

La Ville va de l'avant avec l'expropriation de la CSQ dans Saint-Roch

La Ville de Québec enclenche le processus d'expropriation de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) dans Saint-Roch. Lors d'un point de presse jeudi, l'administration Labeaume a dit être « exaspérée » par l'attitude de la CSQ, qui retarderait depuis six ans l'agrandissement de la bibliothèque Gabrielle-Roy et l'érection d'une tour de 16 étages.

Julie Lemieux, conseillère municipale responsable de la Culture, des Communications et du Patrimoine à la Ville de Québec, a fait savoir que la Ville en a assez des délais qui entourent le projet d'aménagement de la Place Jacques-Cartier.

« C'est vraiment de l'exaspération du maire, mais aussi un cumul d'exaspération d'à peu près tous les services de la Ville de Québec qui travaillent depuis des années et des années à faire débloquer ce dossier-là pour la construction de la bibliothèque Gabrielle-Roy », a-t-elle dit.

La CSQ et l'administration municipale ne s'entendent pas sur la dimension d'un stationnement souterrain qui serait construit en même temps que la tour. Le prix d'un terrain que le syndicat devrait acheter pour construire l'immeuble fait aussi l'objet de litige.

La Ville déplore aussi l'échéancier mis de l'avant par la CSQ dans son offre de décembre dernier, qui prévoit une prévente de certaines parties de l'immeuble à construire à compter d'août 2013 et une décision sur la faisabilité du projet uniquement en juin 2015. « C'est très exaspérant ce qu'il y a dans cette offre-là », a lancé la conseillère Julie Lemieux.

La conseillère Julie Lemieux maintient que les exigences de la CSQ pour donner le feu vert au projet sont déraisonnables.

« On trouve dommage d'en être rendu à ce niveau. Notre offre qui leur a été déposée est encore bonne. Donc, s'ils ont envie de nous revoir, on est très ouvert à la discussion, sauf que nous, on commence effectivement le processus d'expropriation, parce que je pense que les citoyens n'en peuvent plus et nous non plus. On veut vraiment procéder à la construction de la bibliothèque Gabrielle-Roy », a résumé Mme Lemieux.

De son côté, la CSQ, qui est copropriétaire de l'immeuble avec la Ville depuis 15 ans, n'a pas la même vision des choses.

La présidente, Louise Chabot, affirme que la centrale syndicale veut pleinement collaborer avec la Ville de Québec.

Rappelons qu'une rencontre a eu lieu la semaine dernière entre le maire Régis Labeaume et des représentants de la CSQ pour tenter de régler des différends et ratifier une entente conclue en juin 2012. Mais les conditions financières proposées par la CSQ n'ont pas semblé satisfaire la Ville de Québec.

Mme Chabot affirme que les échanges se sont déroulés dans un climat hostile lors de cette rencontre. Elle dit ne pas comprendre l'attitude de la Ville.

« On nous a accusés de beaucoup de retards et de mauvaise volonté, et on s'est retrouvé dans une situation de rencontre où nous, on voulait comprendre le contrat de la Ville, qu'on trouvait aussi inacceptable, mais tenter de voir où il y avait un terrain d'entente, pour se faire annoncer que l'aventure était finie et qu'on se ferait exproprier », déplore Mme Chabot.

Cette dernière affirme que la CSQ a toujours collaboré au développement du quartier Saint-Roch et ne s'oppose certainement pas au projet d'agrandissement de la bibliothèque.

PLUS:rc