NOUVELLES
14/02/2013 11:56 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

La Somalie appelle l'ONU à lever l'embargo sur les armes

Le nouveau gouvernement somalien a appelé de nouveau jeudi l'ONU à lever l'embargo sur les armes, imposé dans ce pays depuis 1992, afin de pouvoir lutter contre les islamistes.

"La levée de l'embargo sur les armes est une condition préalable" pour que les autorités somaliennes puissent "consolider la paix dans les zones du sud de la Somalie" récupérées sur le mouvement islamiste shebab, a estimé devant le Conseil de sécurité la ministre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre somalien Fawzia Yusuf Haji Adan.

Il s'agit "de permettre aux forces armées nationales somaliennes d'assumer leur pleine responsabilité pour notre sécurité", a-t-elle souligné.

"Le gouvernement somalien mettra en place les mécanismes nécessaires pour garantir que ces armes ne tombent pas en de mauvaises mains", a-t-elle affirmé.

Selon des diplomates à l'ONU, des discussions sont en cours entre les membres du Conseil et Mogadiscio pour trouver un moyen d'assouplir l'embargo, tout en contrôlant l'énorme arsenal d'armes en circulation dans le pays.

"C'est en discussion à New York et avec le gouvernement somalien, mais rien n'est décidé encore", a expliqué un diplomate. "Mogadiscio veut démontrer sa souveraineté mais il y a des questions pratiques à régler", a-t-il ajouté, en faisant allusion aux mécanismes de contrôle. "On aura une vision plus claire dans une ou deux semaines".

Selon des diplomates, les Etats-Unis poussent à assouplir l'embargo, alors que des pays comme la Grande-Bretagne sont réticents.

La ministre somalienne a souligné que son pays "souhaitait un partenariat permanent avec les Nations unies" qui s'appuyerait sur une "mission intégrée" de l'ONU dans le pays.

L'ONU étudie actuellement un réaménagement de sa présence en Somalie pour aider les nouvelles autorités, sur la base d'un rapport du secrétaire général Ban Ki-moon, qui présente plusieurs options possibles et différentes articulations avec l'Union africaine (UA).

Le mandat de la Force de l'UA en Somalie (Amisom) arrive à expiration début mars. Cette force de 17.000 hommes, conduite par l'UA mais financée par l'ONU, joue un rôle essentiel dans le soutien international aux nouvelles autorités somaliennes, et a connu d'importants succès militaires contre le mouvement shebab.

avz/are