NOUVELLES
14/02/2013 08:35 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Géorgie: en plein débat télévisé, des députés en viennent aux mains

Un débat télévisé entre deux députés géorgiens s'est terminé en bagarre mercredi soir, dans un contexte de tensions croissantes entre les camps rivaux du président et du Premier ministre de cette ex-république soviétique du Caucase.

"Vous êtes une racaille, un tueur et pas un homme", a crié Koba Davitachvili, député issu de la coalition au pouvoir Le Rêve géorgien, à l'attention de Sergo Ratiani, député du parti de Mikhaïl Saakachvili, le Mouvement national unifié.

Ce dernier a alors violemment jeté à terre un verre d'eau posé devant lui, alors que l'émission était retransmise en direct (https://www.youtube.com/watch?v=LGJ-i0RjWmI).

Alors que l'animatrice du débat tentait de calmer les deux hommes, ceux-ci se sont levés et ont commencé à se battre pendant quelques secondes, avant d'être séparés par des membres de l'équipe télévisée.

Cet incident révèle les tensions croissantes entre les partisans du Premier ministre Bidzina Ivanichvili et de M. Saakachvili, en cohabitation depuis octobre dernier.

Avant la bagarre, les deux députés discutaient de l'attaque dont ont été victimes la semaine dernière le maire de Tbilissi et plusieurs députés du parti de M. Saakachvili, frappés par des manifestants lors d'un rassemblement dans la capitale.

L'équipe du président pro-occidental a accusé la coalition du Premier ministre d'avoir orchestré cette attaque.

La Géorgie connaît une situation politique tendue et une cohabitation difficile au sommet de l'Etat depuis la victoire de la coalition d'opposition du milliardaire Ivanichvili aux législatives d'octobre et son arrivée au poste de Premier ministre.

La victoire de cette coalition a mis fin à la domination du parti de M. Saakachvili, qui durait depuis neuf ans. Les élections avaient été saluées par l'Occident comme un exemple de transition démocratique.

Les deux hommes doivent partager le pouvoir jusqu'à l'expiration du deuxième mandat de M. Saakachvili en octobre 2013.

im-edy/lap/fw