NOUVELLES
14/02/2013 04:02 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

GB: des indemnisations proposées aux familles des victimes du "Bloody Sunday" (BBC)

Les familles de 13 personnes tuées lors du drame du "Bloody Sunday", en Irlande du Nord en 1972, se sont vu proposer 50.000 livres d'indemnisations (58.000 euros) chacune par le ministère britannique de la Défense, a rapporté jeudi la BBC.

Treize personnes qui avaient été grièvement blessées ont également eu la même proposition.

Contacté par l'AFP, le ministère de la Défense n'était pas immédiatement en mesure de commenter ces informations.

"Mon frère ne peut pas être remplacé et tout l'argent du monde ne le ramènera pas", a déclaré Kate Nash, dont le frère William a été tué et le père Alex blessé pendant ces événements.

L'avocat d'une des familles a jugé que l'offre était dérisoire et qu'elle constituait une insulte pour les personnes tuées.

Le "Bloody Sunday" est l'un des épisodes les plus sombres des trente ans de violences dans la province britannique d'Irlande du Nord. Des accords de paix ont été conclus en 1998, mettant fin à l'essentiel des troubles.

Après douze ans d'investigations, une enquête publique a conclu que les parachutistes britanniques avaient tiré les premiers le 30 janvier 1972 sur une foule manifestant à Londonderry, deuxième ville nord-irlandaise. Treize personnes étaient mortes sur le coup, une quatorzième cinq mois plus tard.

La police nord-irlandaise a annoncé l'été dernier l'ouverture d'une enquête sur ces événements.

L'opinion publique est divisée sur la pertinence de poursuivre les auteurs de ce drame, certains estimant que des poursuites sont indispensables et d'autres craignant qu'elles ne fragilisent le processus de paix et n'ouvrent une boîte de Pandore. Nombre des familles des quelque 3.500 personnes tuées lors des trente ans de violences interconfessionnelles en Irlande du Nord n'ont en effet pas eu droit à un procès.

mc/bed/bbc