NOUVELLES
14/02/2013 06:37 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Espagne/C1 - Real Madrid: gare au tournant fin février-début mars

Le Real Madrid, qui a concédé le nul (1-1) mercredi en Ligue des champions chez lui contre Manchester United, regarde avec appréhension le tournant fin février-début mars, avec Barcelone en Coupe du Roi et en Liga, et ManU en 8e retour de C1.

Le 26 février, l'équipe de Cristiano Ronaldo se déplacera au Nou Camp pour la demi-finale retour de la Coupe du Roi (1-1 à l'aller), puis recevra les Catalans le 2 mars pour le clasico en Liga, avant de se rendre à Old Trafford le 5 mars pour le 8e de finale retour de l'épreuve reine continentale.

Un enchaînement de tous les dangers pour la "Maison Blanche", qui pourrait bien terminer sur une feuille presque blanche (en dehors de la SuperCoupe d'Espagne dans l'escarcelle) en cas de contre-performances. "Le Real jouera sa saison en une semaine" n'hésite pas à titrer le grand quotidien sportif espagnol Marca.

Le deuxième volet du clasico, à Santiago-Bernabeu le 2 mars, sera surtout une question d'honneur. Car pour la Liga, les choses semblent entendues. Le Barça est en effet leader avec 62 points tandis que le Real peine à la 3e place avec 46 points et devra sans doute dire adieu à son titre.

Pour sauver la saison, il reste deux donc deux titres à viser: la Coupe du Roi et, surtout, la prestigieuse Ligue des champions. Dans ces deux compétitions, les Madrilènes devront donc surmonter le handicap d'avoir concédé le même résultat nul à la maison contre leurs adversaires barcelonais et mancuniens (1-1).

Evidemment, la Liga et la Coupe du Roi passeraient au second plan si le Real décrochait une 10e Ligue des champions dans son histoire (cette fameuse "decima" en version originale), qui serait aussi la 3e pour José Mourinho dans trois clubs de trois pays différents (avec Porto en 2004 et avec l'Inter Milan en 2010).

Mais en ce qui concerne la "Coupe aux grandes oreilles", surnom du trophée de la Ligue des champions, les statistiques ne plaident pas en faveur du Real. A chaque fois (quatre en tout) que le club de la capitale espagnole a concédé à l'aller le nul 1-1 chez lui dans une phase éliminatoire d'une Coupe européenne, il a été éliminé au retour...

Les conséquences d'une élimination en Ligue des champions seraient dévastatrices. Car, cette année comme jamais, le vestiaire est fissuré, avec des joueurs opposés à leur entraîneur. L'expression à la mode récemment est même "autogestion" concernant les Madrilènes. Une élimination de la C1 rimerait avec explosion.

Pour l'heure, l'union sacrée semble décrétée autour de la Ligue des Champions. Mourinho a pointé du doigt devant la presse les erreurs individuelles sans donner de nom: "On peut faire toute la préparation du monde sur coup de pied arrêté qu'on veut, regarder des vidéos, faire passer des consignes, si les duels individuels ne sont pas remportés, être organisé ne sert à rien".

Il s'agit ici de l'international espagnol Ramos, coupable face à Welbeck, et qui a lui même reconnu son erreur: "je suis réaliste, j'ai été battu sur cette action".

"Mou", en cas d'échec à l'issue de la saison, cherchera sans doute à quitter l'Espagne. Il ne cache plus ses envies de retourner dans une Angleterre qui avait fait de lui le "Special One" à Chelsea. Aura-t-il la patience d'attendre qu'Alex Ferguson quitte Manchester United pour lui succéder un jour?

En dehors du pays de Sa gracieuse majesté, la presse spécialisée relaie régulièrement l'intérêt que les dirigeants du Qatar, propriétaires du Paris SG, portent au technicien portugais.

Pour le retour à Old Trafford, Cristiano Ronaldo, surnommé "Air Cristiano" pour son but de la tête mercredi, portera tous les espoirs du Real, et de "Mou".

pgr/gv