NOUVELLES
14/02/2013 07:08 EST | Actualisé 16/04/2013 05:12 EDT

Chypre: 16 tonnes de steak hachés détruits par mesure de précaution

Le autorités chypriotes ont annoncé jeudi qu'un supermarché local avait détruit par mesure de précaution 16 tonnes de steaks hachés, de crainte qu'ils ne contiennent de la viande chevaline.

L'inspecteur de la Santé Christos Christou a déclaré à la radio publique que 16,5 tonnes de steaks hachés avaient été détruites en janvier par décision d'une chaîne de supermarchés dès que le scandale a éclaté en Irlande.

Selon lui, les autorités ont en outre saisi des steaks hachés sur le marché en attendant d'obtenir une preuve documentée des compagnies concernées montrant que la viande était "propre".

Mais les autorités chypriotes ont affirmé qu'"il n'y a aucune présence de viande de cheval dans la chaîne alimentaire à Chypre" et que des tests étaient toujours en cours pour s'assurer que tous les produits à base de viande sont sans danger.

Le directeur des services vétérinaires George Kyriakides a indiqué à l'agense de presse semi-officielle CNA qu'aucun produit à base de viande de cheval n'avait été directement vendu aux consommateurs locaux.

"Ce que nous disons est que jusqu'ici, et d'après les faits qui nous été rapportés et les tests que nous avons réalisés, aucun produit à base de viande de cheval n'est entré dans la chaîne alimentaire à Chypre", a affirmé M. Kyriakides, sans plus de précisions.

"Mais nous devons encore mener des tests concernant quelque 500 factures", a-t-il dit.

Il a également affirmé qu'une entreprise à Limassol (sud) qui serait impliquée dans le scandale de la viande chevaline agissait comme intermédiaire en Europe.

"Les bureaux à Limassol appartiennent à un cabinet d'experts comptables, qui agirait en tant qu'intermédiaire commercial", a-t-il dit à l'agence de presse chypriote. "Elle n'a même pas les installations à Chypre qui lui auraient permis de faire venir la viande et la vendre ici".

Le scandale a éclaté après l'annonce de la découverte, en Grande-Bretagne, de cheval dans des lasagnes de boeuf du géant international Findus. Ces plats avaient été fabriqués par un sous-traitant français, Comigel, qui avait acheté sa viande à la société française Spanghero.

La viande en cause, d'origine roumaine, selon les autorités françaises, aurait transité par un trader chypriote, puis néerlandais, avant d'arriver chez un fournisseur français, Spanghero, et d'être redirigée vers Comigel.

cc/feb/sw