NOUVELLES
13/02/2013 06:50 EST | Actualisé 15/04/2013 05:12 EDT

Sandra Dion forcée de fuir son agresseur

Radio-Canada

La policière de Québec Sandra Dion s'exile à Ottawa aujourd'hui pour éviter de se retrouver nez à nez avec son agresseur. Depuis plus d'un an, elle se bat pour éviter que Laurent Minier vienne vivre à moins d'un kilomètre de chez elle en maison de transition.

L'homme, qui souffrait de problèmes psychologiques, a agressé violemment la policière en 2002 avec un tournevis. Il profitera aujourd'hui de son premier passage à la maison de transition Marcel-Caron à Québec. De peur de croiser son agresseur, Sandra Dion refuse de rester chez elle. « Aujourd'hui, il y a une urgence d'agir. Mon agresseur est à moins d'un kilomètre de ma résidence. C'est quelque chose d'invivable pour une victime », dit-elle.

Sandra Dion a l'intention de poursuivre ses démarches auprès du fédéral pour faire modifier la loi et reconnaître les droits des victimes. Elle préconise l'adoption d'un projet de loi d'intérêt privé pour accélérer le processus. « Présentement, il faut absolument intervenir. Je demande au gouvernement, c'est le seul qui peut intervenir, d'agir dans le dossier. »

La policière compte profiter de son passage à Ottawa pour récolter l'appui des élus et faire pression sur le gouvernement.

Sandra Dion saura en mars si le Service correctionnel du Canada accordera à son agresseur la permission de s'établir définitivement à Québec.