NOUVELLES
13/02/2013 10:47 EST | Actualisé 15/04/2013 05:12 EDT

Québec réinvestit 26,5 millions dans la recherche

Le gouvernement Marois réinvestit 26,5 millions de dollars dans les grands fonds de recherche de la province qui sont la cible d'importantes compressions budgétaires cette année.

C'est le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, Pierre Duchesne, qui en a fait l'annonce mercredi, avec son collègue du ministère de l'Environnement, Yves-François Blanchet.

Reconnaissant du bout des lèvres que les compressions de 63 millions de dollars demandées au secteur de la recherche par son gouvernement étaient trop élevées, Pierre Duchesne a expliqué que ces 26,5 millions devaient servir aux trois grands fonds de recherche et aux consortiums de recherche de la province « à faire le pont » jusqu'au prochain exercice financier de son gouvernement.

Questionné par les journalistes sur la provenance de cette somme, Pierre Duchesne a expliqué que 15 millions provenaient du fonds consolidé du gouvernement, 5 millions provenaient de son ministère et finalement 6,5 millions du ministère du Développement durable.

Les trois grands fonds de recherche qui étaient visés par les compressions du gouvernement Marois sont dans les domaines de la santé, de l'environnement, de la culture et de la société.

Questionné sur la nécessité de ce réinvestissement, le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, a expliqué que ces fonds sont notamment très importants pour la poursuite des recherches menées dans le cadre des efforts déployés par le Québec pour réduire de 25 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020.

Ces millions seront aussi bienvenus dans les fonds de recherche en santé, qui avaient écopé de 10 des 63 millions de dollars de compressions exigées par Québec.

La semaine dernière, la première ministre Pauline Marois avait déclaré que son gouvernement allait dégager des sommes pour amoindrir l'impact des coupes budgétaires annoncées plus tôt dans le secteur de la recherche.

Le gouvernement péquiste a décrété, peu de temps après son élection, à l'automne 2012, des coupes de 124 millions $ dans l'enseignement supérieur et de 63 millions $ dans la filière de la recherche et de l'innovation.

Ces compressions avaient été très mal reçues chez les chercheurs, notamment en santé.