NOUVELLES
13/02/2013 11:47 EST | Actualisé 15/04/2013 05:12 EDT

Nucléaire: Catherine Ashton espère que Téhéran fera preuve de souplesse

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a exprimé mercredi devant l'ONU l'espoir que Téhéran fasse preuve de "souplesse" dans les prochaines négociations sur le nucléaire iranien à Almaty.

L'Iran et le groupe des grandes puissances "5+1" sur le nucléaire iranien doivent se retrouver le 26 février à Almaty, au Kazakhstan, après des mois d'interruption et l'échec de plusieurs rencontres à Istanbul, Bagdad et Moscou. Mme Ashton conduit ces négociations pour les 5+1, à savoir: Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne.

Evoquant devant le Conseil de sécurité de l'ONU ce nouveau round de pourparlers, la chef de la diplomatie européenne a dit "espérer que l'Iran fera preuve de souplesse dans ces négociations et que nous pourrons faire des progrès importants".

"Nous sommes toujours déterminés à progresser vers une solution au problème du nucléaire iranien fondé sur la double approche" combinant sanctions et discussions, a-t-elle ajouté. "Il n'y a pas de doute que la pression des sanctions a incité l'Iran à revenir à la table des négociations mais les sanctions ne sont pas une fin en soi", a-t-elle expliqué. "L'essentiel est que l'Iran respecte pleinement ses obligations internationales".

La communauté internationale soupçonne la République islamique de vouloir se doter de l'arme atomique sous le couvert de son programme civil, ce que Téhéran nie catégoriquement. L'ONU et les Occidentaux ont imposé à l'Iran une série de sanctions.

En prévision de la réunion d'Almaty, Londres a évoqué une "nouvelle offre crédible" du groupe 5+1. Le gouvernement iranien a répondu qu'il allait "écouter" ces "nouvelles propositions" des grandes puissances et y répondre "en fonction de ce qu'elles diront".

La proposition des 5+1 à Almaty sera "équilibrée", a assuré devant le Conseil le vice-représentant permanent britannique Philip Parham. Mais "il incombe à l'Iran de venir à cette prochaine réunion avec l'intention de négocier sérieusement et de prendre des mesures concrètes afin de répondre aux préoccupations internationales sur son programme nucléaire".

L'ambassadeur français Gérard Araud a quant à lui dit attendre de Téhéran "des gestes de confiance", tout en maintenant la pression: "tant que l'Iran ne respectera pas ses obligations, nous renforcerons la pression afin de le convaincre d'abandonner sa politique d'isolement et de provocation".

La mission iranienne auprès de l'ONU a réaffirmé dans un communiqué la nature "pacifique" du programme nucléaire de Téhéran et estimé que "le droit légitime de l'Iran à l'enrichissement d'uranium devait être pleinement reconnu par le groupe 5+1". La mission a par ailleurs jugé "futile" la double approche adoptée par les Occidentaux car "les pressions feront capoter les efforts diplomatiques".

"La République islamique prend au sérieux les négociations" d'Almaty et souhaite que les 5+1 fassent aussi preuve de "sérieux et d'ouverture", conclut le communiqué.

avz/sam