NOUVELLES
13/02/2013 08:49 EST | Actualisé 15/04/2013 05:12 EDT

Les panneaux publicitaires négatifs nuiraient à la conduite, affirme une étude

EDMONTON - Une chercheuse de l'Université de l'Alberta veut mettre un frein aux panneaux publicitaires comportant des termes négatifs.

Michelle Chan, une étudiante au doctorat au sein du département de psychologie, a installé ses collègues étudiants dans un simulateur de conduite pour tester leurs habiletés derrière le volant.

Cet exercice était similaire à un jeu vidéo, si celui-ci était joué dans un petit placard sombre. Les participants devaient conduire le long d'une route virtuelle alors qu'apparaissaient des publicités contenants des mots négatifs, positifs et neutres.

Les mots négatifs se sont révélés être les plus distrayants. Des mots comme «cancer», «guerre» et «agression» ont davantage poussé les conducteurs à ralentir et à quitter leur voie.

Certains conducteurs ont également foncé dans des arbres, d'autres véhicules et des piétons.

Selon Mme Chan, les panneaux publicitaires nuisent déjà à la concentration, mais l'ajout de contenu émotionnellement négatif a un impact sur la conduite, impact qui peut être néfaste.

Il y a eu plusieurs études sur les distractions au volant, mais la jeune femme de 26 ans croit qu'il s'agit du premier examen de ce qu'elle appelle les distractions émotionnelles.

L'étude, publiée récemment dans «Accident Analysis and Prevention», s'est penchée sur la conduite de 30 étudiants du campus. Au dire de Mme Chan, les résultats ne diffèrent pas selon l'âge ou le sexe, bien que certains conducteurs ayant moins d'expérience fussent plus facilement déconcentrés par les publicités.

Des mots positifs _ amour, bonheur, excitation _ ont également modifié le comportement des participants. Ceux-ci ont eu tendance à accélérer même après avoir dépassé les publicités, bien que leur conduite demeurât plus sécuritaire.

La chercheuse a indiqué que dès qu'elle pourra disposer d'un simulateur plus précis, elle envisage d'étudier les distractions émotionnelles causées par les images sur les panneaux. Les publicités visuelles contre le tabac en sont un exemple.

Selon Mme Chan, le Canada doit adopter de nouvelles règles qui encadreraient le contenu des panneaux publicitaires, semblables à des lois déjà en place en Australie.