NOUVELLES
13/02/2013 07:59 EST | Actualisé 15/04/2013 05:12 EDT

Les joueurs de la LNH veulent y être

Le but en prolongation de Sidney Crosby, qui a procuré au Canada la médaille d'or olympique à Vancouver en 2010, sera-t-il le dernier marqué par un joueur de la LNH aux JO?

Le long conflit de travail étant chose du passé, la LNH peut se concentrer sur un autre épineux dossier nécessitant une résolution rapide. La ligue et l'Association des joueurs doivent conclure une entente avec le Comité international olympique (CIO) et la Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG) afin de participer aux Jeux de Sotchi en 2014.

La cérémonie d'ouverture ayant lieu dans moins d'un an, le 7 février 2014, le compte à rebours est commencé.

Les Jeux de 2014, qui vont durer jusqu'au 23 février, vont regrouper plus de 3000 athlètes. Des joueurs comme Crosby, des Penguins de Pittsburgh, Rick Nash, des Rangers de New York, Eric Staal, des Hurricanes de la Caroline, Patrick Kane, des Blackhawks de Chicago, et plusieurs autres au sein de l'élite souhaiteraient ravoir la chance d'arborer les couleurs de leur pays.

Le gardien Cory Schneider des Canucks de Vancouver, candidat pour l'obtention d'un poste dans l'équipe américaine, est un de ceux qui espèrent que la LNH soit de la partie en 2014. « J'estime que les amateurs le souhaitent, a-t-il avancé. Je pense que les joueurs, de façon réaliste, veulent prendre part aux Jeux. C'est l'occasion d'une vie, et je crois que nous sommes en faveur d'y aller. »

La LNH a participé à tous les JO depuis ceux de Nagano en 1998.

Toutes les parties impliquées vont se rencontrer à New York, jeudi et vendredi, afin de trouver un terrain d'entente.

La possibilité que les JO se déroulent en Russie, pays de la KHL, en l'absence de la crème de la LNH, semble inimaginable. Mais les négociations ne s'annoncent pas aussi faciles qu'il n'y paraît.

Le président de la FIHG, René Fasel, souhaite ardemment voir les joueurs de la LNH se pointer en Russie. Après le retentissant succès du tournoi olympique de Vancouver, Fasel a dit croire que ce serait « une mauvaise chose pour le sport et les amateurs que de ne pas avoir les meilleurs joueurs à Sotchi ».

En entrevue dernièrement à la télé de la CBC, Fasel en a rajouté, en affirmant que le commissaire Gary Bettman « n'a pas d'autre choix » que d'être de la partie à Sotchi.

Il n'a possiblement pas aidé sa cause en s'exprimant de la sorte parce que Bettman a un autre choix -- et plusieurs raisons -- de ne pas envoyer les joueurs de la LNH en Russie, l'hiver prochain.

Une des préoccupations de Bettman, c'est que les matchs vont se dérouler au moment où les amateurs d'Amérique du Nord seront au lit.

La LNH est également mécontente de céder le contrôle de ses joueurs au CIO et de ne pas pouvoir montrer des images du tournoi sur son site Internet. La ligue ne touche aucun revenu de télé et n'a pas son mot à dire dans la sélection des télédiffuseurs.

La ligue, bien évidemment, ne fait pas d'argent pendant la pause olympique et elle court le risque de voir des joueurs subir de sérieuses blessures qui pourraient faire dérailler une équipe aspirante aux grands honneurs.

La LNH doit recevoir l'approbation de l'Association des joueurs -- une formalité comme envoyer la rondelle d'une distance de quelques mètres dans un filet abandonné.

Les joueurs veulent être de la partie. Après les Jeux de Vancouver, les vedettes russes Ilya Kovalchuk, Evgeni Malkin et Alex Ovechkin ont brandi la menace de porter les couleurs de leur pays, peu importe la décision de la LNH.

Les amateurs souhaitent aussi voir les meilleurs aux JO. Tout le monde devrait voir son souhait se concrétiser.