NOUVELLES
13/02/2013 09:40 EST | Actualisé 15/04/2013 05:12 EDT

Le pétrole en hausse à New York avant le rapport sur les stocks aux USA

Le prix du pétrole coté à New York a débuté la séance à la hausse mercredi alors que les investisseurs attendaient un rapport hebdomadaire des autorités américaines sur les stocks de brut aux Etats-Unis, que l'association professionnelle API donne en baisse.

Vers 14H15 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars gagnait 34 cents, à 97,85 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les investisseurs guettaient les chiffres du département américain de l'Energie (DoE), considérés comme un bon indicateur de la vigueur de la demande énergétique des Etats-Unis, premier pays consommateur de brut de la planète.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait faire état d'une hausse de 2,3 millions de barils des stocks de brut sur la semaine terminée le 8 février.

Les réserves d'essence devraient avoir reculé de 90.000 barils, et les stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), très surveillés durant la période hivernale, de 900.000 barils.

Mais mardi soir, la fédération professionnelle américaine API, qui publie ses propres statistiques, a revigoré les prix en faisant état d'une chute inattendu de 2,3 millions de barils des stocks de brut la semaine dernière.

"Ce recul surprise semble suggérer que même à un flux réduit, l'oléoduc Seaway" qui transporte le brut depuis Cushing (Oklahoma, sud), où est stocké le pétrole servant de référence au WTI, vers les raffineries du golfe du Mexique, "permet de soulager en partie l'accumulation du brut" observée ces derniers mois, a noté Phil Flynn, de Price Futures Group.

Selon l'analyste indépendant Andy Lipow, cette baisse des réserves de pétrole, si elle se confirme, s'expliquerait par l'accélération de la cadence des raffineries ces dernières semaines, qui stimule la demande de brut, ainsi que par une baisse des importations d'or noir par les Etats-Unis.

Le cours du pétrole coté à New York était aussi aidé par un affaiblissement de la monnaie américaine, notamment face à l'euro, qui rendait l'achat de brut libellé en dollars plus attractif pour les investisseurs munis d'autres devises.

jum/sl/are