NOUVELLES
13/02/2013 04:50 EST | Actualisé 14/04/2013 05:12 EDT

JO-2020 - La Turquie s'opposera à la suppression de la lutte

La Turquie, candidate avec Istanbul à l'organisation des jeux Olympiques 2020, a annoncé mercredi qu'elle s'opposerait à la suppression des épreuves de lutte, voulue par le Comité international olympique (CIO).

"Je trouve injuste le simple fait qu'on puisse parler d'une telle chose. Nous ne le permettrons jamais", a déclaré le président de la Fédération turque de lutte Hamza Yerlikaya dans un communiqué.

"Nous allons travailler pour que cette erreur et que cette idée soient abandonnées", a poursuivi M. Yerlikaya, lui-même double champion olympique, triple champion du monde et huit fois champion d'Europe en lutte gréco-romaine.

Rappelant que la lutte était l'une des disciplines les plus anciennes des compétitions olympiques, l'ancien champion a souligné qu'Istanbul était une des trois ville candidates pour l'organisation des JO d'été 2020, avec Madrid et Tokyo.

"Nous sommes le plus sérieux candidat. Organiser des JO à Istanbul sans la lutte est absolument impensable", a-t-il affirmé.

La commission exécutive du CIO a décidé mardi d'évincer la lutte du noyau dur de sports qui composeront le programme olympique des Jeux d'été de 2020.

La Fédération internationale de lutte (FILA) doit à présent postuler pour la seule place restant à prendre au menu olympique des JO de 2020, en concurrence avec sept autres sports -- le squash, l'escalade, le karaté, le wushu, le baseball/softball, le wakeboard et les sports de roller.

Le CIO doit valider ce programme lors de sa session plénière à Buenos Aires en septembre.

Grande nation de lutteurs, la Turquie a remporté 58 de ses 87 médailles olympiques grâce à la lutte, dont 28 médailles d'or.

nc/sa/