NOUVELLES
13/02/2013 03:55 EST | Actualisé 14/04/2013 05:12 EDT

Affaire Baldwin-Sabourin : la Québécoise tente de s'entendre avec les procureurs

La Québécoise Geneviève Sabourin, accusée d'avoir harcelé l'acteur américain Alec Baldwin, envisage une entente sur plaidoyer.

Geneviève Sabourin a pris part à une audience, mercredi, devant un tribunal de Manhattan. La cause a été ajournée à jeudi, et la Québécoise et son avocat ont tenté de s'entendre avec les procureurs new-yorkais.

Geneviève Sabourin et son avocat seront de retour en cour jeudi matin. Les détails de l'entente ne sont pas connus.

Lors de sa dernière présence au tribunal, le 27 novembre, l'actrice québécoise avait été arrêtée et accusée d'avoir violé une ordonnance du tribunal lui interdisant tout contact avec Alec Baldwin ou son épouse.

Elle aurait envoyé plusieurs tweets agressifs concernant Alec Baldwin, dont un le 8 novembre, qui aurait mené à son arrestation.

L'actrice avait été libérée le lendemain après avoir payée une caution de 5000 $.

L'actrice québécoise et Alec Baldwin se sont rencontrés sur le plateau de la comédie de science-fiction The adventures of Pluto Nash en 2002. Alec Baldwin a indiqué avoir pris un repas avec Geneviève Sabourin en 2010.

La police avait initialement arrêté la jeune femme après que les autorités eurent soutenu qu'elle avait imploré Alec Baldwin d'accepter de la voir et de la marier. Elle aurait ainsi envoyé ces courriels quelques jours seulement après le mariage du célèbre acteur américain avec l'instructrice de yoga Hilaria Thomas.

Son porte-parole a confirmé, mardi, qu'Alec Baldwin et son épouse attendaient leur premier enfant.

La Québécoise dans la quarantaine faisait valoir qu'en raison des rapports et discussions entre elle et M. Baldwin, les accusations portées contre elle devaient être abandonnées.