NOUVELLES
12/02/2013 03:00 EST | Actualisé 13/04/2013 05:12 EDT

Retour des députés à l'Assemblée législative de Colombie-Britannique mardi

Après une relâche de neuf mois, les députés provinciaux de Colombie-Britannique convergent vers Victoria mardi pour l'ouverture de la session parlementaire.

La lieutenante-gouverneure Judith Guichon, assermentée en novembre, annoncera le menu législatif durant son premier discours du Trône à 14 h 15, heure du Pacifique.

Les députés siégeront pendant cinq semaines, soit jusqu'à la mi-mars. Ils prépareront ensuite leur campagne électorale, en vue des élections provinciales du mois de mai. La session s'annonce courte, intense et à forte saveur électorale, avertissent déjà les deux partis représentés en chambre.

Le chef de l'Opposition en chambre, John Horgan, dont le Nouveau Parti démocratique a eu neuf mois pour préparer ses attaques en chambre, promet d'être sans merci envers le gouvernement libéral. Le chef en chambre du Parti libéral, Mike de Jong, rétorque sur un ton préélectoral qu'il est temps pour l'opposition de passer aux propositions, plutôt qu'aux critiques.

M. de Jong a sommé tous les députés libéraux d'être présents au palais législatif et prêts à voter en tout temps.

Avec deux élections partielles perdues aux néo-démocrates l'an dernier et deux anciens députés libéraux sur la banquette des indépendants, le gouvernement de Christy Clark a vu sa majorité être réduite à cinq députés.

Lors de cette courte session, le gouvernement libéral a l'intention de déposer et d'adopter plusieurs projets de loi et de régler plusieurs dossiers attendus depuis longtemps.

Cela inclut un nouveau budget provincial, une loi visant à élire les sénateurs et la nomination d'un représentant indépendant des aînés. Le gouvernement Clark entend également s'occuper de la transition de la taxe de vente harmonisée, rejetée par référendum postal en 2011, à la taxe provinciale. Il s'est engagé il y a un an à réintroduire la taxe provinciale le 1er avril prochain.

Le député Horgan a déjà critiqué les intentions du gouvernement de proposer l'élection sénatoriale, faisant valoir que ce n'est pas une question qui importe actuellement pour les électeurs. Le NPD, prévient-il, aura des projets de loi de son cru pour montrer ce qu'il ferait, une fois au pouvoir en mai. Le premier sera la réglementation de la publicité partisane, en se basant sur le modèle ontarien.

La campagne électorale commencera officiellement le 16 avril.

D'après un reportage de Sophie Rousseau