NOUVELLES
12/02/2013 05:39 EST | Actualisé 14/04/2013 05:12 EDT

Fidel Castro se plaint de sa santé déclinante devant les journalistes cubains

AP
FILE - In this Feb. 10 2012 file photo released by the state media website Cubadebate, Cuba's leader Fidel Castro smiles during a meeting with intellectuals and writers at the International Book Fair in Havana, Cuba. On Monday Aug. 13, 2012, Cuba is marking Fidel Castro's 86th birthday with congratulatory messages in state media but no apparent plans for a public appearance by the retired leader. (AP Photo/Cubadebate, Roberto Chile, File)

LA HAVANE, Cuba - L'ancien président cubain Fidel Castro s'est plaint de douleurs au genou, d'une vue affaiblie et de ses difficultés à s'adapter au changement de luminosité durant une longue entrevue accordée aux médias officiels cubains, publiée mardi.

Le révolutionnaire âgé de 86 ans a également salué les autorités électorales cubaines pour avoir construit une nouvelle entrée au bureau de vote où il a l'habitude de se rendre, ce qui lui évite d'avoir à monter des escaliers, chose qu'il a de la difficulté à faire depuis une chute survenue en 2004.

«J'ai demandé à plusieurs personnes qui travaillent avec moi le nombre de marches et la hauteur de l'escalier de l'entrée» du bureau de vote, a déclaré Fidel Castro lors d'une discussion informelle avec plusieurs journalistes cubains le 3 février, le jour où il est allé voter pour les élections législatives. «Mon genou brisé (...) en a subi les conséquences.»

Fidel Castro se présente rarement en public et parle encore plus rarement des affaires intérieures cubaines. Même si sa présence au bureau de vote avait été rapportée précédemment, la majorité de ses commentaires n'étaient pas connus du public jusqu'à maintenant.

Le numéro de mardi du quotidien «Granma», le journal officiel du Parti communiste cubain, a publié une transcription complète de l'entrevue sur cinq pages et précise que le texte a été «révisé et mis à jour par l'intéressé».

L'ancien président a admis qu'il avait de la difficulté à lire les petits caractères dans le journal et sur l'écran de télévision. «Les changements de luminosité dérangent mes yeux», a-t-il dit.

Les commentaires de Fidel Castro ont été publiés au lendemain de l'annonce inattendue du pape Benoît XVI, qui a déclaré qu'il quittait ses fonctions à cause de la fatigue physique et mentale qui l'afflige. Il est devenu le premier pape en près de 600 ans à renoncer à ses fonctions.

Le journal du Vatican, «L'Osservatore Romano», a déclaré que le pape avait pris sa décision après sa visite au Mexique et à Cuba en mars 2012, un voyage éreintant sous le chaud soleil des Caraïbes où il a rencontré les deux frères Castro.

La rencontre entre Benoît XVI et Fidel Castro a commencé par des blagues sur leur âge avancé.

«Oui, je suis vieux, mais je peux encore faire mon travail», avait déclaré Benoît XVI, dont les propos ont été rapportés par le porte-parole du Vatican. Il a quitté Cuba le lendemain en déclarant «Adieu».

Dans l'entrevue, Fidel Castro parle aussi avec passion de son ami et allié, le président vénézuélien Hugo Chavez, qui combat le cancer dans un hôpital cubain et qui n'a pas été vu en public depuis plus de deux mois.

«Quand il était dans le combat (politique), il a négligé sa santé et s'est dévoué à la cause», a dit l'ancien président cubain.

Ses questions aux journalistes ont trahi son âge avancé. Il s'est étonné de leur équipement d'enregistrement et des multiples fonctions du téléphone intelligent, que l'un des journalistes a utilisé pour enregistrer l'entrevue.

«Qu'est-ce que cet appareil?», a-t-il demandé.

«C'est un téléphone qui fonctionne aussi comme une enregistreuse, commandant», a répondu le journaliste Amaury del Valle.

«Vraiment?», a répliqué Fidel Castro. «Je dois utiliser toutes sortes d'appareils de ce genre, mais il y a des gens qui m'aident.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Fidel Castro Sighting