NOUVELLES
12/02/2013 10:46 EST | Actualisé 14/04/2013 05:12 EDT

Etat de l'Union: les principales annonces économiques du président Obama

Le président américain Barack Obama a dévoilé mardi dans son discours sur l'état de l'Union une série de mesures économiques visant à relancer la création d'emplois et qui, a-t-il assuré, ne grèveront pas le budget du pays.

VERS UNE ZONE DE LIBRE-ECHANGE ETATS-UNIS-EUROPE

Des négociations d'envergure seront lancées entre les Etats-Unis et l'Union européenne qui pourraient aboutir à la création d'une des principales zones de libre-échange dans le monde.

"Nous devons nous souvenir que le monde d'aujourd'hui présente certes des dangers mais aussi des opportunités", a souligné le président américain.

GROS COUP DE POUCE POUR LE SALAIRE MINIMUM

Le salaire minimum horaire devrait passer de 7,25 dollars à 9 dollars, soit un bond de 24,1%, d'ici à 2015. "Dans la nation la plus riche du monde, aucune personne qui travaille à plein-temps ne doit être contraint de vivre dans la pauvreté", a indiqué le président américain.

1 MILLIARD POUR L'INDUSTRIE

Un milliard de dollars seront investis pour créer à terme 15 "incubateurs industriels" associant des entreprises et les ministères de la Défense et de l'Energie dans des régions sinistrées économiquement. Trois d'entre eux verront le jour sur décision présidentielle sans passer par le Congrès.

SOUTENIR L'EMPLOI ET LES INFRASTRUCTURES

Un programme sera mis en place pour employer "le plus vite possible" des chômeurs sur des chantiers de réparation de grandes infrastructures telles que "les 70.000 ponts potentiellement défectueux dans le pays", a indiqué M. Obama. Le président a également évoqué des "incitations" destinées aux entreprises qui embaucheraient des chômeurs de longue durée à qui "plus personne ne donne la moindre chance".

REDUIRE LE DEFICIT

Le président a réaffirmé sa proposition de baisser les dépenses publiques de 900 milliards de dollars supplémentaires et d'augmenter les recettes de 600 milliards afin d'économiser sur les dix prochaines années 4.000 milliards de dollars sur le budget fédéral.

Les républicains continuent d'affirmer que ces réductions ne sont pas suffisantes.

REFORMER LA FISCALITE

Cette engagement n'est pas proprement nouveau: le président Obama à plusieurs fois dans sa campagne affiché sa volonté de réformer le code des impôts en supprimant certaines niches fiscales dont profitent les multinationales et en augmentant les impôts pour les ménages les plus aisés.

"C'est maintenant le meilleur moment pour une réforme fiscale globale, bi-partisane, qui encourage la création d'emploi et contribue à réduire le déficit", a estimé M. Obama.

jt-pmh/are